Risque de transmission du COVID-19 par la voix parlée et chantée

Chanteurs, choristes, comédiens, quel risque vis-à-vis du Covid-19 ?

transmission virus chez le chanteur, choriste
Les grosses gouttelettes à contenu viral adoptent après leur émission une courbe descendante dans l’environnement proche du locuteur, tandis que les plus petites peuvent parcourir des distances de plusieurs mètres et de manière moins homogène.

Les microgouttelettes de salive générées par la parole peuvent rester en suspension dans l’air d’un espace fermé pendant plus de dix minutes, selon une expérience publiée dernièrement dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences, [1])  et qui souligne le rôle probable des microgouttelettes dans la pandémie de Covid-19 et des précautions supplémentaires à prendre concernant les artistes dans un contexte de voix parlée ou chantée.

La transmission probable du virus lors de la voix parlée, comme celle des comédiens, acteurs, ainsi que lors de la voix chantée comme celle des chanteurs et des choristes n'a pas été étudiée scientifiquement de manière spécifique. Une étude récente vient apporter des éléments de réflexion à ce sujet. Cependant le rôle potentiel de gouttelettes de liquide salivaire émis lors de la parole qui pourraient être en suspension dans l’air durant de longues périodes n’a pas été complétement élucidé.

L’émission de microgouttelettes de salive dans l’air expiré lors de la voix parlée a pu être mesurée à l’aide d’un laser. Dans cette expérience, la personne répétait avec une voix forte « Stay healthly » (portez-vous bien) durant 25 secondes.

La probabilité que les gouttelettes de parole transmettent une infection lorsqu'elles sont émises par un porteur de virus doit prendre en compte la durée pendant laquelle les noyaux de gouttelettes restent en suspension dans l'air et la probabilité que les gouttelettes encapsulent au moins un virion.

La distance à laquelle les gouttelettes se déplacent à partir de la bouche du locuteur pendant leur trajectoire descendante est dépendante du volume total émis et de la vitesse d’écoulement de l’air expiré. La vitesse d’écoulement varie en fonction de la phonation, tandis que le volume total et le nombre de gouttelettes augmentent avec l’intensité sonore. Par conséquent, dans un environnement d’air stagnant, les noyaux de gouttelettes générés par la parole persisteront sous la forme d’un nuage descendant émanant lentement de la bouche du locuteur, la vitesse de descente est dépendante du diamètre des noyaux de gouttelettes.
Il est important de ce fait de prendre en compte qu’immédiatement après l’expiration des gouttelettes, le contenu liquide commence à s’évaporer et si les plus grosses gouttelettes présentent une trajectoire descendante, lors de l’évaporation certaines gouttelettes deviennent si petites que le transport par courant d’air les affecte plus que la gravitation et elles se diffusent ainsi plus largement [2]. S’il est probable que les gouttelettes les plus fines contiennent moins de virus, à l’inverse du fait de leur petite taille leur capacité de pénétration des voies respiratoires inférieures est plus importante, ce qui est associé à une augmentation des effets indésirables de la maladie [3, 4].

En prenant en compte la concentration moyenne connue de coronavirus dans la salive d’une personne infectée, les scientifiques estiment qu’une parole forte peut générer l’équivalent de 1000 gouttelettes contaminées par minute en suspension dans l’air. Les gouttelettes restaient présentes en suspension dans l’air durant 12 minutes environ. Dans des travaux publiés dernièrement dans la même revue, ces chercheurs avaient observé que parler moins fort engendrait relativement moins de gouttelettes.

Cette expérience met en évidence que la simple expression parlée, la parole normale est susceptible de transmettre une charge virale significative lorsque celle-ci est émise par un porteur de virus.

Chanteurs, comédiens et choristes, des précautions supplémentaires face au risque de transmission du virus

Compte tenu du nombre de porteurs asymptomatiques, le fait que le virus puisse être transporté par de très fines gouttelettes aéroportées lors de la voix parlée doit faire envisager probablement des précautions supplémentaires concernant les artistes comme les comédiens, acteurs et chanteurs, choristes. Des expériences dans ces contextes artistiques nécessitent d’être engagées afin de prendre les dispositions adéquates pour une reprise sécurisée des artistes.

Cette expérience devrait nous inciter à accroître la distanciation physique au-delà de 2 mètres concernant les chanteurs, avec des précautions supplémentaires sur le plan de la disposition spatiale, notamment dans le champ antérieur, et la minimisation du nombre de personnes partageant le même espace afin de ne pas se situer dans le flux d’air direct d’un autre chanteur ou dans sa proximité. D’exercer la pratique dans des lieux ventilés ou à l’extérieur. Concernant plus précisément les chorales, des études complémentaires devraient être menées afin de permettre une définition plus claire du risque.

Ces résultats plaident d’une part en faveur du port de masque systématique dans toutes les situations où celui-ci est possible et d’autre part sur la nécessité d’identifier systématiquement dans le cadre de ces pratiques artistiques les porteurs sains du virus.

19 mai 2020

Rédacteur Docteur Arcier pour Médecine des arts®
Médecine des arts® est une marque déposée. Copyright médecine des arts©

Bibliographie

1. Valentyn Stadnytskyi, Christina E. Bax, Adriaan Bax, and Philip Anfinrud PNAS The airborne lifetime of small speech droplets and their potential importance in SARS-CoV-2 transmission May 13, 2020
2. Lidia Morawska Junji Cao Airborne transmission of SARS-CoV-2: The world should face the reality Environment International Volume 139, June 2020
3. R. Tellier, Y. Li, B. J. Cowling, J. W. Tang, Recognition of aerosol transmission of infectious agents: A commentary. BMC Infect. Dis. 19, 101 (2019).
4. R. J. Thomas, Particle size and pathogenicity in the respiratory tract. Virulence 4, 847–858 (2013).

Imprimer

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°87 Spécial Voix et Vent
Revue Médecine des arts N°87 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

Quiz

Somnolence, testez votre propension à vous endormir dans la journée ou en soirée

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

La boutique

Revues

Santé du chanteur N°84
Revue Médecine des arts N°84 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer

Quiz

Problème de voix chantée ?

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

La boutique

Livres

Physiologie du chant
Physiologie et art du chant
25,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°63
Revue Médecine des arts N°63
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°57
Revue Médecine des arts N°57
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°52
Revue Médecine des arts N°52
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°45
Revue Médecine des arts N°45
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°31
Revue Médecine des arts N°31
14,00 € Accéder à la boutique