Revue Médecine des arts N°87 Spécial voix et vent

Revue Médecine des arts N°87 Spécial voix et ventSanté des artistes, santé des musiciens

Numéro 87. Numéro spécial Voix et Instruments à vent
Approche médicale et scientifique des pratiques artistiques

Port Gratuit

Les articles de la revue ne sont pas vendus indépendamment, le prix de 14 euros correspond au prix de l'ensemble de la revue, tous les articles et les chroniques.

La posture, le périnée, la prévention de la voix chantée, la notion de passage entre registres, les instrumentistes à vent, les chanteurs de musiques actuelles, les chanteurs lyriques, tels sont les ingrédients de ce nouveau numéro de Médecine des arts.

La respiration, sa maîtrise, son contrôle, sont de première importance chez l'instrumentiste à vent. La posture assise fréquente, notamment pour les musiciens d'orchestre, ou debout, plus volontiers pour les musiciens de musiques actuelles, influe sur la respiration. Quel est l'impact de la posture sur les capacités respiratoires du musicien instrumentiste à vent ? Une question que se posent nombre de musiciens.
Si la pratique d'un instrument est génératrice de risques spécifiques, la pratique du chant entraîne également des risques particuliers bien connus lorsqu'il s'agit des cordes vocales, mais il existe d'autres risques, moins connus, tels que l'incontinence urinaire. L'information et l'éducation des chanteuses, des professeurs de chant, des thérapeutes sont nécessaires sur ce sujet.
Il existe une grande diversité des pratiques dans le domaine des musiques amplifiées ; le risque vocal est le plus souvent sous-estimé par les chanteurs de musiques actuelles et amplifiées. La prévention des problèmes vocaux chez ces chanteurs, avec un accompagnement spécifique, semble d'évidence d'autant qu'un grand nombre de ces chanteurs sont demandeurs d'une telle démarche.
La classification de la voix chantée repose sur différents critères et la notion de passages entre registres est à prendre en compte. Cette notion mérite d'être mieux étudiée et mieux comprise. L'existence de registres implique la notion de passage. Pour que le passage se réalise au mieux, il est nécessaire d’accommoder de façon continue l’ensemble des mouvements nécessaires à la phonation et à l’articulation et de déplacer progressivement les zones de résonance. Cette maîtrise nécessite un travail de la musculature phonatoire et un état de conscience de son utilisation.
Le travail d'artiste et complexe et sophistiqué, de nombreuses dimensions existent, les artistes en parlent.

Edito Médecine des arts N°87

Imaginer le proche et le lointain

L’activité des muscles abdominaux et l’expansion thoracique et abdominale en position assise et debout chez les instrumentistes à vent

page 4-16

Les instrumentistes à vent ont besoin pour jouer d’un fonctionnement sophistiqué de leur système respiratoire pour contrôler le flux d’air qui leur fournit la puissance nécessaire à une performance musicale optimale. Il faut que l’air parvienne à l’instrument de manière régulière et contrôlée et avec suffisamment de puissance sous l’action de la musculature expiratoire pour produire le niveau sonore désiré à la bonne hauteur. On pense que la posture de jeu peut avoir un impact sur l’activité des muscles abdominaux contrôlant cet air expiré, mais il n’existe aucune recherche sur les musiciens pour appuyer cette théorie. Cette étude a évalué l’expansion thoracique et abdominale, par pléthysmographie respiratoire par inductance, ainsi que les modèles d’activation de la musculature abdominale inférieure et supérieure, par électromyographie de surface, pendant l’exécution d’un répertoire orchestral typique par 113 musiciens jouant des bois et des cuivres. Chacun des cinq morceaux a été joué dans l’une des quatre postures réparties au hasard : debout ; assis avec une assise horizontale, ou inclinée vers l’avant, ou inclinée vers l’arrière. Les musiciens ont montré une nette préférence pour le jeu debout plutôt qu’assis. En position debout, l’amplitude et les valeurs maximales de l’expansion thoracique étaient plus élevées (p < 0,01), tandis que l’expansion abdominale était moindre que dans toutes les postures assises (p < 0,01). Les modèles d’expansion thoracique ne variaient pas selon les trois postures assises, tandis que l’expansion abdominale était moindre dans la position inclinée vers l’avant comparativement aux autres postures assises (p < 0,05). Aucune différence significative n’était observée dans l’activation des muscles abdominaux entre les postures assises, mais le niveau d’activation en position assise ne représentait que les 2/3 du niveau significativement plus élevé observé en position debout (p < 0,01). Cette étude a mis en évidence des différences significatives dans la mécanique respiratoire entre les postures assises et debout chez les instrumentistes à vent lors de l’interprétation d’un répertoire orchestral typique. D’autres recherches sont nécessaires pour préciser les mécanismes respiratoires complexes qui sous-tendent la performance musicale.

Mots-clés : instrumentistes à vent ; électromyographie de surface ; pléthysmographie respiratoire par inductance ; posture ; fonction respiratoire.


Le chant et le périnée : une liaison dangereuse ?

page 18-24

Si l’incontinence urinaire (IU) affecte près de 30 % des femmes, sa prévalence chez les chanteuses lyriques n’a pas été étudiée. Les objectifs de cette étude sont de déterminer la prévalence de l’IU dans la population des chanteuses lyriques et d’évaluer l’impact de ce trouble sur leur qualité de vie. Cette étude prospective qualitative observationnelle inclut des chanteuses lyriques pratiquant plus de 10 heures de chant par semaine. L’évaluation de la sévérité de l’IU et de la qualité de vie a été réalisée par un auto-questionnaire validé (ICIQ- SF) et des questions indépendantes sur les caractéristiques de la population.

Les résultats montrent que sur 69 chanteuses lyriques professionnelles de 38 ans d’âge moyen, le taux d’IU est de 48,5 %. Cette étude a démontré que la poussée abdominale lors du chant était associée à l’IU, tandis que la contraction périnéale était un facteur protecteur : le taux d’IU était plus élevé (62,5 %) dans le groupe « poussée abdominale » en comparaison au groupe « contraction périnéale » (40 %). Chez ces chanteuses professionnelles, la rééducation périnéale postnatale n’est pas un facteur protecteur contre l’IU (48 % dans le groupe « rééducation » contre 45 % dans le groupe contrôle). Enfin, l’accouchement par césarienne n’est pas protecteur contre l’IU dans cette population (70 % dans le groupe « césarienne » contre 47 % dans le groupe « nullipares » et 73 % dans le groupe « accouchement vaginal »).

A l’instar des activités sportives, le chant à un niveau professionnel est pourvoyeur de risque d’IU. La gestion de cette problématique passe par l’information et l’éducation des chanteuses, et par l’application de mesures préventives efficaces et thérapeutiques précoces.

Mots clés : incontinence urinaire ; chant ; chanteuse d’opéra ; prévalence ; facteur de risque ; contraction périnéale ; poussée abdominale.


Prévention primaire des troubles de la voix chez les chanteurs professionnels de musiques actuelles et amplifiées

page 27-43

La vie d’un chanteur professionnel se déploie sous une constellation de facteurs de risques vocaux. L’objectif de cette étude est d’aller à la rencontre de chanteurs professionnels de musiques actuelles et amplifiées pour en dresser le profil détaillé et en cerner les enjeux vocaux spécifiques. La première hypothèse est celle d’un défaut de maîtrise des pratiques à risques. Des entretiens semi-dirigés ont été menés auprès de 73 chanteurs intermittents du spectacle en France. Le degré d’exposition au risque vocal s’avère conséquent : surutilisation de la voix parlée, rythme de tournées éprouvant, hygiène de vie aléatoire, niveaux de gêne vocale révélant, pour certains, des états prélésionnels.

Cette étude met tout d’abord en lumière la grande diversité des pratiques dans le champ des musiques actuelles et amplifiées (formation, conditions de pratique, nombre de concerts, etc.). La gêne vocale ne semble pas être influencée par le rythme des prestations scéniques ou le niveau de formation. De plus, l’analyse des niveaux de connaissances des sujets sur la voix met en lumière une sous-estimation des conséquences des difficultés vocales sur le long terme, une disparité des niveaux de connaissances des sujets selon la durée de leur carrière et une meilleure maîtrise du fonctionnement vocal et des règles d’hygiène que de la pathologie.

Apparaît également pour ces chanteurs professionnels la nécessité d’un accompagnement préventif qui prenne en considération les spécificités de leur pratique artistique. Des tentatives individuelles pour faire face à certaines difficultés vocales sont déjà menées de façon empirique par les chanteurs. La seconde hypothèse de l’étude, selon laquelle les chanteurs professionnels de musiques actuelles et amplifiées sont eux-mêmes en demande de tels outils, est elle aussi validée : cette étude confirme la pertinence, notamment pour les orthophonistes, de mener une action spécifique de prévention des troubles vocaux auprès des chanteurs professionnels de musiques actuelles et amplifiées.

Mots clés : prévention ; trouble vocal ; chanteur professionnel ; facteur de risque ; musiques actuelles ; musiques amplifiées.


Passages entre registres et classification vocale : une enquête auprès de chanteurs lyriques professionnels

page 44--55

Le classement vocal des chanteurs lyriques est basé sur différents paramètres et les passages entre registres (passaggi) seraient un élément à prendre en considération lors de la classification vocale d’un chanteur. La littérature mentionne des hauteurs de passage spécifiques à chaque catégorie vocale, mais sans qu’il y ait de consensus entre les auteurs.

L’objectif de cette étude exploratoire est de répondre aux hypothèses suivantes : 1) tous les chanteurs lyriques d’une même catégorie vocale effectuent leurs passaggi autour de mêmes notes ; 2) la hauteur d’un des deux passages est corrélée à la transition entre les mécanismes M1 et M2 ; 3) les voix d’hommes et les voix de femmes ne possèdent pas le même nombre de passages. L’étude est réalisée au moyen d’un auto-questionnaire en français, en anglais et en italien. Le questionnaire, adressé à des chanteurs lyriques professionnels, comporte des items concernant leur catégorie vocale et des items relatifs aux passaggi. Il est demandé aux participants de réaliser un glissando ascendant mezzo forte sur un « a » tenu. Au total, 183 réponses sont retenues. La moyenne d’âge de l’échantillon est de 37 ans (écart-type = 10,88), avec 41,8 % d’hommes et 58,2 % de femmes. Parmi les répondants, 80,8 % sont des solistes et 19,2 % des artistes du chœur.

Les résultats de cette étude permettent de confirmer que les chanteurs appartenant à une même catégorie vocale réalisent leurs passages entre les registres autour des mêmes notes. En revanche, ils ne sont pas concordants avec la littérature concernant le nombre de passage dans les voix masculines et la hauteur du premier passage chez les barytons.

Cette étude met en évidence que le passaggio n’est pas le synonyme d’une simple transition entre deux mécanismes laryngés et qu’il existe un lien intrinsèque entre le registre mixte et les passaggi.

Mots clés : chanteur professionnel ; chanteur lyrique ; registre ; passaggio ; classement vocal ; voix mixte.


Portrait de l'artiste en travailleur N°87

page 57-60

Version papier
14€

Abonnement France et CEE
56€

Abonnement hors CEE
67€

Les garanties médecine des arts

Articles en stock
Envoi dans les 24h

Paiement
en ligne sécurisé

Une question ?

CONTACTEZ-NOUS
Tél : 05 63 20 08 09


Par mail