Revue Médecine des arts N°89 Etudiants en musique

Revue Médecine des arts N°89 Etudiants en musiqueSanté des artistes, santé des musiciens, santé des danseurs, santé des chanteurs

Numéro 89 Etudiants en musique
Approche médicale et scientifique des pratiques artistiques

Port Gratuit

Les articles de la revue ne sont pas vendus indépendamment, le prix de 14 euros correspond au prix de l'ensemble de la revue, tous les articles et les chroniques

Un numéro de la Revue Médecine des Arts sur la santé de l'étudiant en musique

Edito Médecine des arts N°89

Destroyed

Prévalence des troubles musculosquelettiques liés à la pratique musicale et facteurs associés chez les musiciens amateurs dans les orchestres d’étudiants

Malgré le nombre élevé de musiciens amateurs dans la population générale, il existe peu d’informations sur la santé musculosquelettique des musiciens amateurs. Cette étude visait à évaluer les troubles musculo-squelettiques liés à la pratique musicale (TMPM) chez les musiciens amateurs jouant dans les orchestres d’étudiants. Cette étude transversale a inclus 357 membres de 11 orchestres d’étudiants néerlandais répartis dans l’ensemble des Pays-Bas.

Les caractéristiques sociodémographiques et les données sur les TMPM ont été évaluées à l’aide d’une adaptation du questionnaire NMQ (Nordic Musculoskeletal Questionnaire) et du module musical du questionnaire DASH (Disabilities of Arm, Shoulder and Hand).

La prévalence annuelle des TMPM chez les musiciens amateurs est de 67,8 %. Être une femme, être plus jeune, avoir un indice de masse corporelle plus élevé et jouer d’un instrument à cordes sont indépendamment associés à une prévalence plus élevée des TMPM. L’épaule gauche est plus fréquemment touchée chez les violonistes et les altistes, tandis que la main droite et le poignet sont plus fréquemment touchés chez les instrumentistes à vent de la famille des bois. Chez les sujets souffrant de TMPM lors de la semaine passée, le score du module musical du questionnaire DASH était de 18,8 (6,3 - 31,2).

Cette étude est la première à rendre compte des TMPM et des facteurs associés dans un groupe important de musiciens amateurs. La prévalence des TMPM chez les musiciens amateurs est élevée, mais les scores du questionnaire DASH reflètent un impact limité de ces TMPM sur leur fonctionnement en tant que musiciens. Des mesures préventives sont nécessaires pour réduire les TMPM chez les musiciens amateurs.


Comprendre le bien-être des étudiants de conservatoire supérieur de musique et des musiciens amateurs en Suisse romande

La performance musicale nécessite la capacité de maîtriser une intégration complexe d’habiletés motrices, cognitives et perceptives extrêmement spécialisées, développées durant des années de pratique. Souvent, cela signifie également être capable de gérer une pression considérable dans des environnements changeants. En conséquence, de nombreux musiciens souffrent de problèmes de santé et se plaignent d’un grand nombre de troubles physiques et psychologiques.

Notre étude visait à évaluer et analyser le bien-être de deux groupes distincts de musiciens, des étudiants de conservatoire supérieur de musique et des musiciens amateurs en Suisse francophone. Un échantillon total de 126 musiciens a été recruté (âge moyen ± ET = 22,4 ± 4,5 ans, 71 hommes). Le bien-être a été mesuré au moyen du questionnaire sur la qualité de vie de l’Organisation mondiale de la Santé (WHOQOL-BREF), qui évalue deux mesures générales (la qualité de vie (QdV) et la santé générale), ainsi que quatre dimensions spécifiques : la santé physique, la santé psychologique, les relations sociales et l’environnement. Dans les deux groupes, la QdV des répondants était élevée pour chaque paramètre mesuré : les scores médians étaient supérieurs à 4 pour les deux mesures générales et supérieurs à 70 pour les quatre dimensions spécifiques. Concernant ces dernières, les répondants avaient le score moyen le plus élevé pour l’environnement (75,0), puis les relations sociales et la santé physique (74,0 et 73,8, respectivement), et enfin la santé psychologique (70,3). Des différences entre les groupes de musiciens sont apparues en termes de QdV globale et de santé générale, ainsi que sur la dimension santé physique, où les étudiants de conservatoire supérieur de musique ont obtenu un score inférieur à celui des musiciens amateurs ; à l’inverse, les étudiants de conservatoire supérieur de musique ont obtenu des scores plus élevés que les amateurs dans la dimension des relations sociales.

Ce tour d’horizon du bien-être des musiciens en Suisse romande démontre que, si la pratique musicale peut offrir certains effets protecteurs sur la santé, le besoin existe d’une plus grande sensibilisation à la prévention et promotion de la santé auprès des étudiants en musique de niveau supérieur. Cette étude apporte un éclairage sur le bien-être des musiciens et souligne l’importance d’impliquer différents acteurs (enseignants, administration, équipes de soutien) pour faciliter une pratique saine de la musique.


Forces digitales dans le jeu de la clarinette

Biomécanique du jeu du clarinettiste

Les clarinettistes obturent et ouvrent plusieurs trous de tonalité pour modifier la hauteur tonale. Leur technique digitale doit être rapide, précise et coordonnée avec l’articulation de la langue.

Dans cette étude empirique, les profils de force digitale et les techniques de la langue ont été étudiés chez des étudiants clarinettistes (N = 17) et des clarinettistes professionnels (N = 6) dans des conditions d’interprétation contrôlées.
Premièrement, les participants jouaient huit extraits sélectionnés du Concerto pour clarinette n° 1 de Weber dans le cadre d’une tâche d’interprétation expressive. Ces extraits ont été choisis pour correspondre à un modèle 2 × 2 × 2 (registre : grave - aigu ; tempo : lent - rapide ; dynamique : légère - forte). Une condition supplémentaire contrôlée par l’expérimentateur déterminait les niveaux d’expression (faible - élevé) des musiciens.
Deuxièmement, une tâche d’exercice technique a été conçue. Il s’agissait d’une mélodie isochrone de 23 notes qui nécessitait différents effecteurs pour produire la séquence (doigts seuls, langue seule, actions combinées de la langue et des doigts). La mélodie a été exécutée dans trois conditions de tempo (lent, modéré, rapide) dans un paradigme de synchronisation-continuation. Les participants jouaient sur une clarinette viennoise équipée de capteurs, qui enregistraient simultanément les forces digitales et les vibrations de l’anche de l’instrument. La force digitale moyenne (Fmoyenne) et la force maximale (Fmax) ont été calculées à partir des données collectées. Les forces digitales globales étaient faibles (Fmoyenne = 1,17 N, Fmax = 3,05 N) par rapport à celles mesurées sur d’autres instruments de musique (par exemple la guitare). Les participants ont exercé les forces digitales les plus élevées pendant les conditions d’interprétation à niveau d’expression élevé (Fmoyenne = 1,21 N).

Lors de l’exercice technique, les informations de timing et d’articulation ont été extraites du signal généré par l’anche. Ici, la précision de timing des doigts a dégradé la précision de timing de la langue pour les actions combinées langue-doigts, en particulier dans des tempos rapides. Les profils individuels de force digitale se chevauchaient ; toutefois le groupe de musiciens professionnels exerçait globalement moins de force digitale (Fmoyenne = 0,54 N). Les instruments à capteurs fournissent des informations utiles sur les interactions musicien-instrument et ils pourront également être utilisés dans le futur pour fournir un feed-back aux étudiants dans diverses situations d’apprentissage et d’entraînement.


Grandir dans une famille d’artistes a-t-il une influence sur la santé de l’artiste et sur son rapport à l’idéal artistique ?

L'influence du milieu familial sur la santé et l'idéal artistique du musicien

Les artistes dont les parents ou l’entourage proche sont eux-mêmes artistes ont-ils un rapport à la santé et à l’idéal artistique différent des artistes n’appartenant pas à un milieu familial artistique ?

Un questionnaire de 80 items a été proposé à 131 artistes de l’enseignement artistique supérieur de Belgique et 119 ont répondu à l’ensemble du questionnaire. Nous avons établi cinq catégories : pas d’artistes dans la famille proche, fratrie et/ou cousin(e)(s) artistes, oncle(s)/tante(s) et/ou parrain/ marraine artistes, parents et/ou grands-parents artistes, toute la famille (plus d’une des catégories précédentes). Nous avons ensuite triangulé trois items et confronté cette classification à la durée d’interruption de pratique artistique pour raison de santé (aucune interruption, moins de trois semaines, plus de trois semaines et plus de trois mois) ainsi qu’à l’auto-positionnement par rapport à l’idéal artistique, dans le souci d’apprécier également le lien auto-positionnement par rapport à son idéal artistique personnel et durée d’interruption de pratique pour raison de santé.

La moitié des jeunes artistes appartenant à une famille dont les parents et grands-parents ne sont pas eux-mêmes artistes, mais dont la fratrie ou les cousins/cousines exercent un art n’ont jamais dû interrompre leur pratique artistique pour raison de santé. Plus de la moitié de chacune de toutes les autres catégories ont dû interrompre leur pratique artistique pour raison de santé. Parmi les artistes n’ayant jamais dû interrompre leur pratique artistique pour raison de santé, 70,73 % ont un idéal artistique très élevé. Parmi les artistes ayant placé leur idéal très haut, 47,14 % n’ont pas d’artistes dans leur famille proche et 21,43 % appartiennent à une famille comprenant de nombreux artistes. Pour ces deux catégories, plus de 60 % ont placé leur idéal artistique très haut. C’est le cas également de 75 % des artistes ayant un oncle/tante ou parrain/marraine artiste.

L’appartenance à une famille constituée de nombreux artistes ne semblent pas être un élément corrélable à un éventuel avantage ou désavantage du point de vue des interruptions de pratique artistique pour raison de santé, ni assimilable à un rapport à l’idéal artistique plus élevé, si l’on compare ces artistes à ceux n’ayant aucun artiste dans leur milieu familial. Par contre, avoir des artistes parmi sa fratrie ou ses cousins semble davantage associé à l’absence de problème de santé ayant une répercussion sur la pratique artistique. L’absence d’interruption longue de pratique artistique pour raison de santé est statistiquement souvent associée à un idéal élevé, mais certains artistes ayant un idéal élevé ont dû s’arrêter plus de trois mois et d’autres estimant avoir atteint leur idéal n’ont jamais dû interrompre leur pratique artistique.

Les statistiques descriptives dénombrent des similitudes et différences entre différents parcours, mais ne remplaceront jamais le dialogue singulier nécessaire à la compréhension en profondeur des parcours individuels.


Portrait de l’artiste en travailleur N°89

Version papier
14€

Abonnement France et CEE
56€

Abonnement hors CEE
67€

Les garanties médecine des arts

Articles en stock
Envoi dans les 24h

Paiement
en ligne sécurisé

Une question ?

CONTACTEZ-NOUS
Tél : 05 63 20 08 09


Par mail