Revue Médecine des Arts N°92 Prévention et santé des musiciens

Revue Médecine des Arts N°92 Prévention et santé des musiciensSanté des artistes, santé du musicien, santé du chanteur, santé du danseur

Numéro 92 Prevention et santé du musicien
Approche médicale et scientifique des pratiques artistiques

Port Gratuit

Les articles de la revue ne sont pas vendus indépendamment, le prix de 17 euros correspond au prix de l'ensemble de la revue, tous les articles et les chroniques

La prévention est l'axe principal de ce numéro. Associer à la pratique instrumentale un travail sur l'équilibre pourrait améliorer l'intégration des éléments rythmiques de la musique, la station unipodale est une solution peu coûteuse pour travailler le sens de l'équilibre.
L'évaluation de la force, de l'endurance de la coiffe des rotateurs de l'épaule du violoniste est un élément préventif majeur pour les instrumentistes à corde du fait de l’incidence élevé des troubles de la coiffe des rotateurs chez les altistes, violoncellistes et violonistes.
L'étude des facteurs de motivation des musiciens pour adopter des moyens de prévention permet d'ajuster les stratégies préventives et de mesurer leur efficacité sur le terrain, conservatoires, orchestres.
Prendre en charge les troubles temporo-mandibulaires chez les musiciens passe par l'étape indispensable d’un diagnostic précis. Un protocole de prise en charge des musiciens se plaignant de douleurs temporomandibulaires est proposé.

Edito Médecine des Arts N°92

Trop de notes, pas assez de bémols

Equilibre et perception du rythme : la station unipodale dans la pratique instrumentale

page 4 - 14

Des études récentes sur l’intégration et la cognition de stimuli musicaux et surtout rythmiques suggèrent l’intérêt d’associer à la pratique instrumentale un travail sur l’équilibre. La station unipodale est une solution peu coûteuse en énergie pour travailler son sens de l’équilibre. Le déséquilibre intrinsèque généré par la station unipodale entraîne des adaptations posturales intéressantes comme l’augmentation du recrutement des muscles stabilisateurs, l’amélioration du tonus axial ou un travail proprioceptif plus général.

De plus, il a été démontré récemment que la double tâche peut être bénéfique à l’apprentissage. C’est pourquoi la mise en place d’un axe de travail sur l’équilibre dans la pratique musicale quotidienne de l’instrumentiste pourrait améliorer l’intégration de la musique, essentiellement ses éléments rythmiques de base et les subdivisions qui en découlent, mais aussi améliorer l’expression scénique et la relation avec le public afin d’entretenir le sentiment d’une expérience musicale partagée.


Dysfonctions de l’appareil manducateur et pratique musicale d’un instrument à vent

Page 16-31

Cette étude porte sur les relations entre les dysfonctions crânio-mandibulaires et la pratique d’un instrument à vent. Les principaux types de dysfonctions crânio-mandibulaires, en particulier sur le plan de la cinématique condylienne, expliquent le déclenchement de pathologies secondaires, et certains types d’embouchure peuvent favoriser des dysfonctions des articulations temporomandibulaires. Un protocole de prise en charge des patients se plaignant de douleurs musculaires ou musculo-articulaires au niveau des articulations temporomandibulaires est proposé. La première étape, indispensable, est de réaliser un diagnostic précis en pratiquant les différents types d’examens à disposition, dont le principal est l’analyse axiographique. En fonction du diagnostic, le traitement peut consister en une orthèse occlusale. Le stress du musicien est souvent à l’origine du déclenchement ou de l’amplification des douleurs liées aux articulations temporomandibulaires et cet aspect doit aussi être abordé avec le musicien.


Evaluation isocinétique des muscles de la coiffe des rotateurs chez les violonistes

Page 32-45

Les instrumentistes à cordes (cordes supérieures) sont parmi les plus vulnérables aux troubles musculosquelettiques liés à la pratique musicale (TMPM) en raison de leur forte sollicitation physique. Cependant, les données sur les causes sous-jacentes sont rares. Des recherches sont nécessaires pour explorer l’impact de la pratique du violon sur le système musculosquelettique du musicien. L’objectif de l’étude est d’évaluer l’équilibre, la force et l’endurance de la coiffe des rotateurs de l’épaule chez des violonistes professionnels, en comparaison avec un groupe témoin. Le groupe témoin et le groupe de violonistes sont homogènes en termes d’âge, de poids, de sexe ratio, de taille et de score Quick-dash. L’évaluation a été réalisée avec le dynamomètre isocinétique contrex®. Les muscles rotateurs externes et rotateurs internes ont été évalués de manière concentrique à des vitesses de 60°/s et 180°/s. Les paramètres choisis sont le moment de force maximum normalisé par le poids et le ratio entre les rotateurs externes et les rotateurs internes. L’endurance a été évaluée à 240°/s avec le calcul d’un indice de fatigue.

Aucune différence significative entre l’épaule dominante et l’épaule non dominante dans la force concentrique des muscles rotateurs externes et internes chez les violonistes n’a été notée, ni entre l’échantillon de violonistes et le groupe de contrôle. La pratique intensive du violon n’est pas associée à un déséquilibre musculaire ou à une faiblesse de la coiffe des rotateurs chez les musiciens en bonne santé. D’autres études prospectives sont nécessaires pour comparer l’équilibre musculaire et l’endurance musculaire de musiciens présentant ou non une pathologie. Une appréciation du rôle de ces facteurs spécifiques sera sans aucun doute d’une grande valeur dans les futures stratégies de prévention et de traitement des musiciens atteints de TMPM.


Facteurs de motivation des musiciens pour adopter des moyens de prévention

Page 46-60

Les musiciens sont exposés à des problèmes de santé, mais la prévention des risques est encore peu développée parmi eux. Cette étude explore les facteurs qui motivent les musiciens à utiliser des moyens de prévention. Elle est basée sur un questionnaire rempli en ligne par 211 musiciens. Les participants, majeurs, ont tous au moins 10 ans de pratique instrumentale, 77 % d’entre eux sont issus de conservatoires, 55 % sont amateurs et 45 % professionnels. Plus de 90 % des musiciens interrogés estiment que la préservation de leur santé est importante pour eux, mais ils utilisent peu de moyens de prévention. Les principaux facteurs de motivation sont, pour plus de 80 % des musiciens questionnés : une meilleure connaissance des produits et des acteurs spécialisés, une meilleure sensibilisation des institutions (directeurs de conservatoire, chefs d’orchestre) et d’eux-mêmes. Les musiciens les plus jeunes commencent à mieux préserver leur santé, mais l’utilisation de moyens de prévention est encore faible et principalement consécutive à un problème de santé. Ainsi, des sensibilisations régulières sont à mettre en œuvre pour informer tous les musiciens sur la prévention des risques. Ces interventions seront plus efficaces si la présentation des moyens de prévention met en avant l’amélioration de la performance musicale. L’implication de tous les acteurs est primordiale pour motiver un maximum de musiciens : enseignants, directeurs de conservatoire, chefs d’orchestre, organisateurs de concerts, magasins de musique, luthiers ou facteurs d’instruments, musiciens connus. De plus, pour que la préparation physique ou mentale n’apparaisse pas comme une tâche supplémentaire, les professeurs doivent l’intégrer dès le début de l’apprentissage afin qu’elle devienne automatique. Enfin, des financements aideraient à la mise en place de ces interventions.


Version papier
17€

Abonnement France et CEE (1 an, 2 numéros)
34€

Abonnement hors CEE (1 an, 2 numéros)
37€

Les garanties médecine des arts

Articles en stock
Envoi dans les 24h

Paiement
en ligne sécurisé

Une question ?

CONTACTEZ-NOUS
Tél : 05 63 20 08 09


Par mail