Les mouvements du corps du musicien reflètent le leadership au sein d’un quatuor

Les musiciens synchronisent entre eux l’interprétation de la musique par les mouvements du corps

musiciens et synchronisation de la musique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La capacité d’adopter des comportements de groupe est déterminante dans la survie d’une espèce, c’est une des caractéristiques du comportement humain. Toutes les grandes réalisations humaines, mais aussi parfois les plus modestes reposent sur des interactions sociales plus ou moins complexes où la communication non verbale joue un rôle majeur. La coordination interpersonnelle non verbale est un élément crucial de l’interaction sociale, mais la dynamique du flux d’information non verbale entre les personnes n’est pas encore bien élucidée.

La musique produite en groupe se retrouve quelle que soit la civilisation, le continent, les époques. La pratique de la musique représente un comportement de groupe dans lequel s’engage parmi les participants un mode non verbal de communication singulier afin de parvenir à un résultat coordonné et cohérent.

Comprendre le mode de communication silencieux des musiciens dans un groupe

La manière pour les musiciens de communiquer entre eux dans ce cadre a fait l’objet d’études dans le passé. Une équipe canadienne [1] s’est à nouveau penchée sur les stratégies utilisées par les musiciens lors de pratiques musicales de groupe. Les chercheurs ont conçu une expérience originale pour tester et comparer la propagation de l’information entre des groupes de musiciens engagés dans une performance conjointe.

Deux quatuors de renommée internationale ont été recrutés pour participer à cette expérience, le « Cecilia Quartet » et le « Afiara Quartet ». Le Cecilia Quartet devait interpréter 12 chorals différents de la période baroque, tandis que le Afaria Quartet devait interpréter 12 pièces de la période classique.
Les musiciens de ces groupes n’avaient pas répété et interprété préalablement les musiques choisies pour cette expérience. Le fait que les répertoires choisis étaient de style différent permettait également aux chercheurs d’étudier la manière dont les caractéristiques de la musique influençaient les mouvements des musiciens au fur et à mesure qu’ils se produisaient.
Les chercheurs ont utilisé pour cette expérience la technologie motion capture qui permet d’enregistrer les positions et rotations d’objets ou d’organismes vivants, de les convertir sous une forme virtuelle sur ordinateur et de traiter l’ensemble des données. Simultanément étaient enregistrés les mouvements corporels chez les quatre musiciens, ce qui reflétait le partage d’informations interpersonnelles en temps réel.
Les tests de causalité de Granger ont été utilisés pour analyser les relations prédictives entre les séries chronologiques des mouvements de joueurs afin de déterminer l’ampleur et la direction du flux d’information entre les musiciens.

Avant la performance, les chercheurs ont désigné les « musiciens meneurs ou leader » et les « musiciens suiveurs » sans que les uns soient informés du rôle des autres ; il leur était simplement indiqué que chaque essai comportait un « meneur » et trois « suiveurs ». Des tests étaient également réalisés dans des conditions de non-visibilité du jeu des musiciens les uns par rapport aux autres. Ces conditions expérimentales ont été mises en place afin d’étudier comment ces variables étaient susceptibles d’influer le flux d’information.

Imprimer

Numéro spécial Cordes frottées N°78

Santé du violoncelliste, violoniste


La boutique

Livres

Physiologie et art du violon
Physiologie et art du violon
22,50 € Accéder à la boutique

S'abonner

Santé du musicien, chanteur, danseur Revue Médecine des arts

Santé du violoniste Revue Médecine des arts N°43

Santé du violoniste, violoncelliste


Association

Faire un don
Adhérer