Capacité vitale pulmonaire des trompettistes comparée à celle d'athlètes de water-polo

Jouer d'un instrument à vent, les effets sur la capacité pulmonaire


Capacité vitale forcée et trompette

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les maladies  pulmonaires chroniques obstructives et d’autres affections pulmonaires telles que l’asthme, l’asthme d’effort, les maladies pulmonaires professionnelles sont des pathologies relativement fréquentes. Au-delà des thérapeutiques courantes appliquées sur ces troubles, les médecins ont recherché si des moyens simples étaient à même d’améliorer la fonction respiratoire de ces patients. Certains ont suggéré que des exercices respiratoires réalisés régulièrement pourraient avoir un effet bénéfique sur la fonction respiratoire et sur ces pathologies. Des études viennent apporter des arguments positifs à cette hypothèse et ont permis de développer des programmes de réhabilitation pulmonaire.

Entraînement volontaire de la respiration

Par l’entraînement volontaire, des athlètes comme les nageurs ont une capacité vitale et des capacités pulmonaires totales plus importantes qu’une population de témoin.(Cordain L, 1990). Sara Rose and Kristianne Salcines ont désiré examiner l’effet de l’entraînement volontaire de la respiration sur la capacité vitale forcée.

La capacité vitale forcée (CVF) est la quantité d'air qui peut être expirée au cours d'une expiration effectuée le plus rapidement et complètement possible après avoir pris une inspiration la plus complète possible.

Pour cela, ils ont  comparé la capacité vitale forcée de trente sujets dont les pratiques nécessitaient une respiration volontaire hautement contrôlée : un échantillon d’athlètes de water-polo, de musiciens instrumentistes à vent (des trompettistes) et un groupe témoin. Les sujets étaient d’un âge comparable avec un niveau d’expérience et d’entraînement dans leur pratique similaire.

Capacité vitale forcéeLes résultats ont montré que les sujets ayant une pratique qui impose des exercices respiratoires contrôlés réguliers, c’est-à-dire les joueurs de water-polo et les trompettistes avaient une capacité vitale forcée statistiquement plus élevée qu’une population témoin. Par ailleurs la capacité vitale forcée des nageurs et celle des musiciens n’étaient pas significativement différentes.

Ces résultats corroborent l’hypothèse selon laquelle l’entraînement continu d’une respiration maximale contrôlée génère une augmentation maximale de la capacité vitale forcée des musiciens, trompettistes et joueurs de water-polo.

Il n’est plus nécessaire de démontrer l’intérêt pour la santé d’une pratique physique régulière. Concernant les personnes affectées de pathologies pulmonaires, un programme d’entraînement doit respecter les contre-indications médicales et bénéficier d’une mise en place par un thérapeute spécialisé, un médecin de rééducation fonctionnelle, une pneumologue. On sait par exemple que certains exercices peuvent favoriser l’apparition précoce de crises d’asthme. Des conseils et une prise en charge seront nécessaires pour pratiquer sans difficulté. L’arrêt du tabac, la réalisation d’un bon échauffement musculaire avant le début de l'exercice, un entraînement progressif sont toujours nécessaires et ces conseils s’appliquent pareillement aux musiciens.

La question de l’intérêt des pratiques artistiques sur la fonction respiratoire comme la pratique d’un instrument à vent mérite d’être posé et des études complémentaires menées afin de préciser les bénéfices, les limites, les contre-indications. Des essais cliniques pourraient être réalisés afin à terme de proposer sur un plan médical des programmes de ré-entraînement à l’effort à partir d’une pratique artistique, danse, musique, tout autant qu’on le fait dans le cadre d’une prescription « du sport sur ordonnance ».

Quand pratiquerons-nous un art sur ordonnance ?

Pour Médecine des arts, ce n’est pas un souhait, tant nous considérons que de nombreuses pratiques même les plus banales sont bénéfiques à la santé, comme la marche ou le jardinage. Mais si l’on peut prescrire du sport sur ordonnance, aucune raison de ne pas le faire pour bien d’autres pratiques. Pratiquer un art, un sport ou le jardinage pour le plaisir reste pour nous une base plus solide pour une motivation dans la durée, et d’évidence plus économique.

Docteur Arcier André, président fondateur de Médecine des arts®
Médecine des arts® est une marque déposée. Copyright Médecine des arts© 

Source

Sara Rose and Kristianne Salcines. Comparison of Forced Vital Capacity among Trumpet Instrumentalists and Water Polo Players. Department of Biological Science Saddleback College Mission Viejo, CA 92692

Imprimer

Revue Instrumentiste à vent N°77


Revue Instrument à vent N°71

Instrumentiste et santé


Revue Instrumentiste à vent N°61

Santé du saxophoniste, trompettiste


Revue Instrument à vent N°34

Embouchure de l'instrumentiste à vent


Revue Instrument à vent N°49

santé du flûtiste, du tromboniste


Revue Instrument à vent N°19

Santé du clarinettiste, hautboïste


Revue Instrument à vent N°8

Pathologie des instrumentistes à vent


Association

Faire un don
Adhérer