Influence de l’apparence, le look, sur le jugement de l’interprétation musicale

L’attention portée aux vêtements des femmes

Le jugement esthétique diffère selon le genre
Les stimuli visuels influencent-ils la manière dont nous évaluons les concerts des pianistes ?

Yuja Wang, pianiste

« Yehudi Menuhin avait coutume de dire qu'il était impossible d'écouter un artiste sans en être influencé par son comportement, ses gestes, l'expression de son visage, sa façon de se tenir en scène. J'approuve tellement cette observation que j'ai pris l'habitude de fermer les yeux lorsque j'assiste à un concert. » [Philippe Entremont Piano ma non troppo. Ed. Fallois]

Les chroniqueurs musicaux évoquent souvent les apparences, le look des musiciens, tout autant que leurs prestations musicales. Les tenues excentriques de Nigel Kennedy, les attitudes au piano de Lang Lang ne laissent pas indifférents public et critique.
Comme on le dit en France, la pianiste Yuja Wang avait fait sensation lorsqu’elle s’était présentée au Hollywood Bowl en août 2011 ; elle a fait l’objet d’une controverse sur sa tenue, une robe orange, qui laissait découvrir un peu haut ses jambes et ses cuisses, plus encore en position assise au clavier. Les critiques musicaux et le public spectateur de concerts classiques ne sont guère habitués à ces manifestations pourtant si banales sur d’autres scènes de musique actuelle.

Les propos de Mark Swed, critique musical du Times (2 août 2011) étaient à l’origine de cette controverse. Commentant l’arrivée de Yuja Wang sur scène, il écrivait : « Ce qui est mémorable, c’est la robe orange de Yuja Wang. Sa robe, mardi, était tellement courte et serrée que s’il y en avait eu moins, le Hollywood Bowl aurait été forcé d’interdire l’accès à la salle à tous les amateurs de musiques mineurs non accompagnés d’un adulte. Si ses talons avaient été plus hauts, marcher, pour ne pas mentionner actionner les pédales du piano, aurait été impossible. Les hélicoptères qui volaient autour du Bowl, ce soir-là, semblaient être ceux de paparazzi voyeurs. »
La critique de Mark Swed allait alimenter les débats et faire réagir la presse.
La robe de Wang était-elle trop sexy pour un concert de musique classique ? Mark Swed était-il sexiste ? Ce comportement sur scène est-il une expression légitime de soi ?

L’attention portée aux vêtements des femmes

Anne Midgette du Washington Post (08/09/2011) avait par média interposé alimenté la polémique : « L’attention portée aux vêtements de scène des femmes m’inquiète depuis qu’Eve Queler a dit qu’à ses débuts en 1960, son accoutrement dominait tellement les critiques de ses spectacles qu’un des journalistes s’était plaint qu’une fermeture éclair qui scintillait à l’arrière de sa robe l’avait distrait tout au long de la soirée. C’est clairement sexiste. » Anne Midgette se pose la question : « Devrions-nous faire des remarques sur le look des stars ? L’apparence n’a aucune influence sur la manière dont l’artiste sonne ». Elle suggère également que ce jugement concernant l’apparence diffère selon le genre.
Mais si les propos de Mark Wed peuvent paraître désuets et conservateurs et l’avis de A. Midgette sur l’apparence des stars et la qualité sonore quelque peu péremptoire, ils ouvrent néanmoins un véritable questionnement auquel deux chercheurs [1] se sont intéressés. Les stimuli visuels influencent-ils la manière dont nous évaluons les concerts des pianistes ? Sur quelles bases se fondent les jugements de genre (masculin, féminin) dans ce cadre de la pratique artistique et musicale.

Imprimer

La main du pianiste

Anatomie fonctionnelle de la main du pianiste


La boutique

Livres

Prévention des pathologies des musiciens
Prévention des pathologies des musiciens
29,50 € Accéder à la boutique

Revue Santé du pianiste N°73

Santé du pianiste


Revue spécial Santé du pianiste N°48

Santé du pianiste N°48


Association

Faire un don
Adhérer