Revue Médecine des arts N°73

Revue Médecine des arts N°73Santé des artistes, numéro spécial Piano

Special Piano, N 73 Médecine des arts
Approche médicale et scientifique des pratiques artistiques
Port Gratuit

Edito Médecine des arts N°73

Le Monde est foutu ? Turlututu !

Danseur et contorsionniste, Valentin le Désossé

pages 4-8

Le danseur et contorsionniste Valentin le Désossé, représenté à plusieurs reprises par le peintre Henri de Toulouse-Lautrec, a fait l’objet d’hypothèses diagnostiques a posteriori et un syndrome d’Ehlers-Danlos a été argumenté. L’examen de photographies de ce danseur permet de nuancer ces observations cliniques et de mettre en valeur les qualités expressionnistes et caricaturales de Toulouse-Lautrec.
A. Icarre

Mots clés : Peinture, Toulouse-Lautrec, Valentin le Désossé, Danse, Syndrome d’Ehlers-Danlos,


La première commissure de la main du pianiste

Pages 9-17

Pour un fonctionnement optimal, la colonne du pouce chez le pianiste doit être à la fois mobile, puissante et stable. Les contraintes subies par le pouce lors du jeu font alterner abduction forcée, percussions répétées sur le clavier, adduction extrême lors du passage du pouce. Ces contraintes peuvent avoir pour conséquences une déstabilisation de l’articulation trapézo-métacarpienne. Des compensations pourront survenir à plus ou moins long terme, comme l’hyperextension de l’articulation métacarpophalangienne du pouce, ainsi que des douleurs articulaires, musculaires ou tendineuses dans cette zone.

Des mesures préventives, combinant éducation physique, échauffement, étirements, prise en charge rééducative et exercices pianistiques spécifiques, devraient permettre de prévenir cette déstabilisation de la main.
Guillaume Dufrenne

Mots clés : Pianiste, Main, Pouce, Première Commissure, Rhizarthrose, Prévention,


Enseigner le piano aux adultes autodidactes

pages 18-22

La population qui fréquente un cours de piano pour adultes dans le cadre d’une université est différente de celle des conservatoires. Très diverse, elle comprend également des pianistes autodidactes adultes. Les demandes de chaque élève, les niveaux de déchiffrage et de technique sont très hétérogènes et le professeur doit savoir s’adapter. Plusieurs cas concrets permettent de mesurer cette diversité et l’adaptabilité de la pédagogie mise en œuvre pour répondre aux demandes non académiques de ces élèves.
Patricia Cousin

Mots clés : Piano, Enseignement, Pédagogie, Adulte, Psychologie,


Ergonomie, main et clavier

page 23-31

Dans la littérature médicale, plusieurs travaux ont étudié la relation entre mesures anthropométriques de la main et problèmes musculo-squelettiques dans des populations de pianistes. Ces études pointent plusieurs variables déterminantes : longueur du cinquième doigt, écartement entre le troisième et le quatrième doigt, ouverture de la première commissure.

Sur un clavier conventionnel, des « petites mains » (empan inférieur ou égal à 20 cm) doivent avoir recours à des compensations fonctionnelles, au niveau articulaire, musculaire, tendineux, pouvant entraîner des troubles musculo-squelettiques et des pathologies de surmenage. De plus, au niveau pianistique, certains répertoires leur sont d’un accès difficile, voire impossible.

L’utilisation de claviers ergonomiques adaptés à la morphologie de ce type de mains serait un important facteur de prévention, permettant aux pianistes ayant ce type de mains (le plus souvent des femmes) de bénéficier d’un jeu facilité au clavier, d’un accès à des répertoires plus larges et d’avoir, sur le long terme, une pratique moins susceptible de provoquer des troubles fonctionnels.
Yves Allieu, Marina Grigorian

Mots clés : Main, Empan, Clavier, Piano, Anthropométrie, Ergonomie,


Clara Schumann. Une pianiste à l’épreuve de la vie

page 32-37

La carrière de pianiste concertiste commence pour Clara Wieck dès l’âge de 11 ans. Après son mariage avec Robert Schumann et la naissance de ses enfants, des contraintes familiales fortes s’imposent à elle, s’ajoutant aux contraintes professionnelles liées aux concerts donnés dans toute l’Europe. Une prise de risque au niveau des répertoires, une accélération du rythme des concerts sont également des facteurs qui peuvent expliquer les douleurs dont elle souffrira pendant plusieurs années. Le syndrome décrit est appelé aujourd’hui syndrome de surmenage.

Préparée très tôt à devenir une pianiste de haut niveau, par une pédagogie globale intégrant la préparation physique et mentale du musicien, Clara Schumann saura gérer son problème en modifiant les répertoires, l’organisation des concerts et en faisant appel à un médecin capable d’adapter ses traitements à cette grande musicienne.
A. Cierra

Mots clés : Clara Wieck Schumann, pianiste, troubles musculo-squelettiques, TMS, syndrome de surmenage,


Brèves Piano

page 38-43

- Un piano qui grandit  avec la taille de l’enfant…Fiction ou réalité ?
- Ergonomie et musique
- Troubles fonctionnels chez les élèves pianistes


Troubles musculo-squelettiques en relation avec la pratique du piano, les techniques de jeu et les stratégies de pratique

pages 43-47

Un travail universitaire australien en 2007 a questionné une population de 505 pianistes professionnels et non professionnels d’âges très variés pour étudier leurs habitudes de pratique au piano et l’éventuelle survenue de troubles musculo-squelettiques liés à cette pratique. Les facteurs principaux liés à la survenue de TMS sont le temps de pratique hebdomadaire, le nombre d’années de pratique et le niveau atteint. L’accent est mis sur la transdisciplinarité de la prise en charge, préventive et thérapeutique.
François Ceugniet

Mots clés : Troubles musculo-squelettiques, piano, pianiste, professionnel, étudiant, amateur,


Etude d’un cas de muscle surnuméraire sur le dos de la main d’un pianiste

page 48-53

Il arrive que des variantes anatomiques chez les musiciens puissent avoir une incidence sur leur pratique instrumentale. Le cas d'un pianiste ayant un muscle surnuméraire au niveau du dos de la main, rapporté en 1916 par un chirurgien américain, est ici analysé avec les connaissances actuelles.
André-François Arcier, Jean-Claude Rouzaud

Mots clés : Main, Muscle surnuméraire, Pianiste, Extensor digitorum brevis manus,


Pyrotechnie et arts scéniques

page 53

Portrait de l'artiste en travailleur N°73

page 55

Lésions du ligament de Lisfranc en danse

page 55-58

Un traumatisme survenant pendant la pratique de la danse (avec en particulier flexion plantaire, torsion et abduction de l’avant-pied) peut être à l’origine d’une impotence fonctionnelle avec douleurs, ecchymoses et œdème de ce pied. Cela peut être le signe d’une atteinte du ligament de Lisfranc, qui, bien que rare, peut survenir chez les danseuses pratiquant les pointes. Cette atteinte peut avoir de graves conséquences sur l’équilibre statique et dynamique du pied. Les lésions du ligament de Lisfranc doivent être connues car un traitement précoce est la condition d’une récupération fonctionnelle satisfaisante.
Didier Martin

Mots clés : Pied, Ligament de Lisfranc, Danse, Pointes,


Les forçats de l’arpège. Chronique MDA N°73

page 59

Version papier
14€

Abonnement France et CEE
56€

Abonnement hors CEE
67€

Les garanties médecine des arts

Articles en stock
Envoi dans les 24h

Paiement
en ligne sécurisé

Une question ?

CONTACTEZ-NOUS
Tél : 05 63 20 08 09


Par mail