Revue Médecine des arts N°69-70

Revue Médecine des arts N°69-70Revue Médecine des arts. Femmes et musique

Edito Médecine des arts N°69-70

Les carrières des artistes femmes dans le spectacle vivant

pages 2-8

Réputés disciplines d'agrément, les arts font partie de longue date de l'éducation des jeunes filles « bien nées ». Nombreuses parmi les amateurs, elles peinent pourtant parfois encore à se faire une place à égalité avec leurs homologues masculins et surtout à y être reconnues de la même manière, en tant que créatrices et interprètes, c'est-à-dire comme artistes « à part entière »
Hyacinthe Ravet

Mots clés : genre ; spectacle vivant ; femmes ; artiste


Genre et perception du lien santé et pratique artistique

pages 9-12

La question du lien santé, épanouissement personnel et parcours artistique est étudiée auprès d'artistes fréquentant l'enseignement artistique supérieur en Belgique francophone. Les différences de perception selon le sexe sont minimes, mais peuvent refléter les stéréotypes sociaux liées au genre : idéal artistique placé très haut chez plus d'hommes que de femmes, écart entre le style de vie pour réussir et le style de vie pour s'épanouir dans sa vie privée plus marqué chez les femmes que chez les hommes. Ces différences de perception selon le genre méritent d'être prises en considération dans le domaine pédagogique, mais aussi par les professionnels de santé dans la relation soignant-soigné.
Christel Mariën, Philippe van Meerbeeck, Philippe Heureux, Eric Constant, Anne JeanJean

MOTS CLÉS : artiste ; genre ; santé ; pratique artistique.


Fragilité de la main de la femme musicienne

pages 13-17

La main de la femme instrumentiste (« main périphérique », « main outil ») est plus fragile que celle de l'homme. Des caractères métriques inférieurs, une masse musculaire moins volumineuse, une laxité articulaire plus importante l'exposent au syndrome du surmenage. Les tendinopathies et en particulier la ténosynovite constrictive de de Quervain se voient plus souvent chez la femme. Il en est de même des syndromes neurologiques canalaires : syndrome du canal carpien, syndrome du défilé costo-claviculaire. La rhizarthrose qui atteint près d'un quart des femmes après la ménopause est un motif de consultation fréquent chez les pianistes.

Mais si la « main périphérique » de la femme musicienne instrumentiste est plus fragile que celle de l'homme, il n'en est pas de même de sa « main centrale », super-ordinateur cérébral qui commande cette « main outil ». Les dystonies de fonction sont beaucoup plus fréquentes chez l'homme, la « main centrale » de la femme étant plus performante.
Yves Alieu

MOTS CLÉS : main ; musicien ; instrumentiste ; femme ; troubles musculo-squelettiques.


Femmes et instruments de musique dans l’art

pages 18-21

Le thème, presque exclusivement traité ici par les images, porte sur la période allant du Moyen Âge à la moitié du xxe siècle. Au début de cette période, les instruments de musique sont confiés uniquement aux mains des anges, fabriqués pour eux par des artisans célestes, pour passer ensuite, au xv' siècle, aux jeunes « anges qui ont perdu les ailes » comme ceux qui figurent dans les œuvres de Carpaccio et Giovanni Bellini, et à celles du traité miniaturé De Musica de Boèce où les instruments apparaissent dans des mains féminines uniquement. A partir de cette époque, dans l'art pictural, les instruments sont distribués entre les deux sexes, mais avec une évidente prédominance du féminin, du Tintoret jusqu'à Picasso.

Dans la photographie de Kiki de Montparnasse nue, de Man Ray, la femme devient elle-même instrument, confirmant ce qu'a écrit Paul Valéry : « La femme est la musique elle-même ".
R. Mantero, M. Bertolotti, A. Zoccolan

MOTS CLÉS : peinture ; musicienne ; instrument de musique.


La musicienne face à l’instrument, la maladie, la grossesse

pages 22-33

QueIles sont les spécificités impliquées par le fait d’être une femme lorsque l'on joue d'un instrument de musique ou que l'on pratique le chant ? L'auteur envisage successivement trois thèmes, prenant chacun en compte la situation particulière où la musicienne est enceinte :
1) les rapports de la musicienne à son instrument ; quelle interférence a la grossesse sur le jeu d'une accordéoniste ?
2) les répercussions que peut avoir la pratique instrumentale sur la santé de la musicienne : le port ou le jeu d'un instrument, ou bien la pratique du chant peuvent-ils être à l'origine de pressions abdominales entraînant une incontinence urinaire d'effort ?
3) quelles conséquences peuvent avoir sur la pratique instrumentale certaines maladies féminines (cas cliniques de cancer du sein) ou la grossesse ? Les observations faites différent bien souvent de ce qui était attendu et révèlent des spécificités qui méritent d'être prises en compte, tout en veillant à réduire les stéréotypes de genre chez les musiciens (hommes et femmes).
Didier Martin

Mots clés : musicienne ; chanteuse ; genre ; grossesse ; incontinence urinaire d'effort ; cancer du sein.


Dysfonctionnement de l’appareil manducateur. Influence de la pratique instrumentale chez les violonistes et instrumentistes à vent

pages 38-42

Les auteurs présentent l'influence posturale de la pratique instrumentale chez les violonistes et instrumentistes à vent sur l'apparition du syndrome algodystonctionnel de l'appareil manducateur. Ils définissent les grandes lignes de la rééducation dont le but est de faire disparaître les différentes composantes neuromusculaires algiques, de diminuer ou faire disparaître les facteurs causaux ou aggravants (rééduquer les dyspraxies, corriger la posture cervico-­céphalique), de reprogrammer le schéma moteur sur une cinétique mandibulaire corrigée.

Le traitement est adapté à chaque patient et précédé d'un bilan. La rééducation comprend trois temps :
- recherche d'une libération des tensions musculaires et lutte contre les parafonctions ;
- rééducation des dyspraxies ;
- reprogrammation sensori-motrice.

Cette rééducation, complément du traitement médical, permet d'en accélérer les résultats et de les fixer dans le temps.
I. Breton-Torres, C. Lefebvre, J. Yachouh, P. Jammet

MOTS CLÉS : articulation temporomandibulaire ; musicien ; syndrome myo-articulaire ; levée de tensions endobuccales ; reprogrammation motrice.


Un chef d’orchestre est un philosophe et un architecte

pages 43-45

Aspects psychopathologiques du genre en musique

pages 46-60

Des différences de genre en musique se retrouvent lorsqu'on étudie les aspects psychologiques des pratiques musicales et la pyschopathologie du musicien.
Dès les premiers apprentissages de la musique, ces différences s'expriment dans les attributions causales - la manière d'attribuer les facteurs de réussite ou d'échec en musique - et dans le choix de l'instrument. Plus tard ces différences peuvent être mises en évidence dans la construction même de la personnalité du musicien, - l'androgynie par exemple comme marqueur d'une adaptation aux exigences d'une pratique dépendante d'un public -, mais aussi dans la perception des groupes instrumentaux au sein d'un orchestre par les musiciens eux-mêmes. Dans le champ de la psychologie de la performance, ces différences de genre s'observent dans la prévalence de certains troubles comme l'anxiété de performance et par la manière d'exprimer ces troubles sur le plan somatique, comportemental et cognitif.

Enfin, l'étude du niveau de stress et la prévalence des troubles musculo-squelettiques (TMS) au sein des orchestres français permet de rendre compte que les effets de genre et de sexe se conjuguent et permettent de comprendre le haut niveau de TMS des femmes musiciennes au sein des orchestres.
Andre-François Arcier

Mots clés : musicien ; apprentissage ; attribution causale ; orchestre ; genre ; sexe.


La fonction musicale. L’interprétation en musique : de l’influence du genre ?

pages 61-68

La faculté de créer, écouter et apprécier la musique est une caractéristique universelle dans la race humaine et, peut-être, chez l'animal. L’imagerie moderne du cerveau permet d'étudier les bases neuronales de musicale et suggère l'existence de schémas d’activations spécifiques. Un événement induit fascinant est l'existence chez l'auditeur d'un phénomène inconscient de réverbération permettant la communication de la signification et de l'émotion. L’interprétation est, pour le neurophysiologiste, un comportement de production de sons plus ou moins complexes et organisés. Les différences entre hommes et femmes sont basées sur des variations anatomiques et fonctionnelles. Une étude pilote en IRM fonctionnelle confirme la faisabilité de l'étude de l’interprétation et la variabilité des résultats chez un chanteur (baryton) et une chanteuse (mezzo-soprano).
Philippe Coubes, Emily Sanrey, Michel Zanca

Mots clés : interprétation musicale ; chant : chanteur ; genre ; IRM fonctionnelle.


Physiologie laryngée de la voix féminine

pages 68-72

Pour produire une grande variété de hauteurs, d'intensités et de timbres, la femme peut utiliser les quatre mécanismes laryngés qui caractérisent la phonation humaine, dans la parole ou dans le chant. Les différences d'utilisation des voix masculines et féminines dans le chant s'expliquent par des différences quantitatives (masse vibrante, longueur des plis vocaux, taille du larynx, etc.). La voix féminine se distingue par une étendue vocale plus large du mécanisme M2 et un usage plus marqué de ce mécanisme, en particulier dans le chant savant occidental. Si les voix féminines et masculines sont exploitées dans ce qu'elles ont de plus différent dans le chant savant occidental, à l'exception de la voix d'alto en musique ancienne, les musiques actuelles ont tendance à les traiter exactement de la même manière.
Nathalie Henrich, Bernard Roubeau

Mots clés : voix chantée ; larynx ; mécanisme laryngé ; chanteuse.


Muses et compagnes de grands compositeurs

pages 73-77

Au-delà des figures d'épouses déjà trop connues, com¬pagnes et inspiratrices de grands compositeurs, - comme Marie Wodzinska, George Sand, Cosima Wagner, Constance Mozart, Giulietta Guicciardi, Thérèse Von Brunswick et les non moins célèbres Clara Schumann, Fanny Mendelssohn, Giuseppina Strepponi, dont le corps repose à côté de celui de son aimé Giuseppe Verdi, dans la Maison de repos des musiciens de Milan qu'il avait fait construire-, les auteurs ont choisi de parler de quelques-unes parmi celles qu'on aborde moins souvent, comme Anna Magdalena Bach, la Xanthippe de Haydn, Thérèse Grob, unique et malheureux amour de Schubert, les nombreuses Judith de Bellini et, pour terminer, l'amour le plus désespéré mais profond, celui de Donizetti, qui a perduré même dans la folie, avec une intensité qu'il a lui-même rendue immortelle dans les pages de la Lucia di Lammermoor.
R. Mantero, M. Bertolotti, A. Zoccolan

Mots clés : Anna Magdalena Bach ; Maria Anna Haydn ; Louise Polzelli ; Thérèse Grob ; Maddalena Fumaroli ; Giuditta Cantù ; Giuditta Pasta ; Giuditta Grisi ; Maria Malibran ; Virginia Vasselli.


Refus du déterminisme sociobiologique sur la création musicale. Le « principe de contrainte stimulante » dans l’œuvre de la compositrice Isabelle Panneton

pages 77-83

Cet article tente de comprendre pourquoi la création musicale contemporaine réserve encore peu de place aux œuvres de compositrices. Les préjugés, qui font figure de point de départ à l'étude, sont ainsi passés au crible de l'analyse, à la lumière, d'une part, des preuves scientifiques et sociales, ou, d'autre part, à leurs effets persistants dans l'œuvre de compositrices dont les témoignages ont été convoqués. Alors que ces informations permettraient d'enrayer définitivement les idées reçues attribuant aux femmes des capacités créatrices inférieures aux hommes, certaines artistes en ont fait une force de création. C'est le cas de la compositrice québécoise Isabelle Panneton (née en 1955). Sur la base d'un « principe de contrainte stimulante », elle organise ses œuvres en fonction d'un système compositionnel complexe qui non seulement fait de ces préjugés une force de création (permettant ainsi de sérieusement les contrarier), mais offre également à la création musicale d'aujourd'hui de nouvelles possibilités de création.
Sophie Stévance

Mots clés : déterminisme sociobiologique ; musique contemporaine ; composition musicale compositrice ; Isabelle Panneton.


Version papier
28€

Abonnement France et CEE
56€

Abonnement hors CEE
67€

Les garanties médecine des arts

Articles en stock
Envoi dans les 24h

Paiement
en ligne sécurisé

Une question ?

CONTACTEZ-NOUS
Tél : 05 63 20 08 09


Par mail