Troubles musculo-squelettiques chez les musiciens amateurs

TMS des épaules et du rachis cervical (cou)


Les troubles musculosquelettiques des musiciens (TMS) sont très fréquents. Ils ont fait l'objet de nombreux articles notamment pour les pratiques professionnelles. Mais ces troubles touchent toutes les pratiques y compris les pratiques amateurs, les élèves en musique.

Prévalence des TMS chez les musiciens amateurs

La prévalence des troubles musculo-squelettiques des musiciens pourrait atteindre 89 % chez les professionnels, 74 % chez les amateurs. Une prévalence nettement supérieure à la population générale, qui se situe à 36,8%.
Ce niveau élevé de TMS reflète les exigences élevées requises pour jouer d'un instrument.
Les troubles concernant le cou, les épaules et les bras sont les plus fréquents et ce sont les syndromes de surmenage non spécifiques qui sont les plus représentés.
On distingue les syndromes de surmenage spécifiques, tels que les tendinopathies, des syndromes de surmenage non spécifiques qui peuvent toucher avec prédiction les systèmes musculaires, tendineux, articulaires, nerveux. On ne retrouve pas dans ces syndromes non spécifiques de substratum anatomique spécifique.

Facteurs de risque des musiciens amateurs

Les causes de ces lésions sont plurifactorielles : on distingue les facteurs intrinsèques (liés à l'individu, comme le genre, l'âge, l'anthropométrie) des facteurs extrinsèques (extérieurs à l'individu, comme l'instrument joué, les postures et les positions imposées par le jeu, le temps de jeu, etc.).
Dans ces facteurs de risque extrinsèques des TMS, les pratiques des musiciens professionnels générant des postures asymétriques avec notamment le bras en élévation sont soupçonnées d'induire plus de risques que les pratiques dans des positions qui n'entraînent pas l'ascension des bras.
Le nombre d'années de jeu et le temps hebdomadaire de pratique sont identifiés comme facteurs prédictifs de risques chez les musiciens. Chez le musicien professionnel il existe une forte relation linéaire entre les heures passées à jouer d'un instrument et la fréquence des troubles musculo-squelettiques.

Les pratiques amateurs sont très développées et par exemple en Allemagne 20 % de la population jouent d'un instrument de musique. Si les enjeux de ces pratiques ne sont pas comparables aux pratiques professionnelles, elles engagent néanmoins fortement l'individu dès le plus jeune âge.
Mieux connaître ses pratiques et ses risques va permettre de mettre en place des stratégies de prévention plus adaptées. C'est sur ces bases qu'une étude a été réalisée, portant sur la santé et les pratiques de musique amateurs.  

Imprimer

La boutique

Revues

Santé du musicien N°85
Revue Médecine des arts N°85 numéro spécial musiciens
14,00 € Accéder à la boutique

Consultation pluridisciplinaire pour le musicien

Consultation gratuite pour le musicien


La boutique

Revues

Santé du chanteur N°84
Revue Médecine des arts N°84 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°82
Revue Médecine des arts N°82 : Le pouce du musicien
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°80
Revue Médecine des arts N°80
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Le corps du musicien
Le corps du musicien
29,50 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Prévention des pathologies des musiciens
Prévention des pathologies des musiciens
29,50 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer