Michel Butor

Ecrivain, poète

Michel Butor

Romancier, poète, Michel Butor né le 14 septembre 1926 à Mons-en-Baroeul est mort le 24 août 2016 à Contamine-sur-Arve à l’âge de 89 ans.

Fils d’un employé des chemins de fer, né près de Lille, ses parents s’installe 3 ans après sa naissance à Paris. Il fera des études de philosophie puis ira enseigner à l’étranger, en Egypte, Manchester puis en Grèce.

Ensuite, il mènera une carrière universitaire  comme professeur de littérature d’abord aux Etats-Unis puis en France à Nice, puis à l’l’université de Genève jusqu’à sa retraite en 1991.

Son écriture le rattachera au Nouveau Roman avec Nathalie Sarraute, Alain Robbe-Grillet, Claude Simon. Michel Butor obtient le prix Renaudot en 1966 pour son ouvrage « La Modification » dont la narration est à la deuxième personne du pluriel (vous).

Michel Butor a créé une œuvre protéiforme, réalisé de nombreuses expérimentations littéraires mais pas uniquement cela. Son intérêt est divers. « Mais, à vrai dire, tout pouvait susciter chez lui un engouement : un herbier, un musée, un atelier, un album de photographies, une ruine, des collages, une œuvre artisanale, un calendrier, une architecture. Tout ranimait le goût de la langue et une sorte de devoir de description inépuisable. Il jouait sur les mots avec gaieté, avec sensualité, mais sans superficialité ; les mots et les langues étrangères ; ce n’était pas plus un poète de l’épanchement lyrique qu’un poète formaliste. »[Le Monde 24/08/2016]

« Michel Butor a signé plus de deux cents livres, recueils, catalogues (dont il conservait chaque édition en quatre exemplaires, pour ses filles), à quoi s’ajoutent mille livres d’artistes, parfois recopiés à la main. Son inventivité l’aura conduit à explorer toute sorte de domaines, la poésie, le collage, l’essai. Mais on voulait toujours le ramener aux romans des débuts, lui qui n’en écrivait plus. » [nextlibération 24/08/2016]

Michel Butor est mort le 24 août 2016 à l’hôpital de Contamine-sur-Arve, en Haute-Savoie, non loin de son lieu de résidence, un ancien prieuré rempli de livre qu’il avait nommé « A l’écart »


 

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Médecine des arts-musique

Cursus Médecine des arts-musique