La maladie de Sever chez le jeune danseur. Le pied du danseur

Quels sont les signes de la maladie de Sever ?

Il s’agit d’un trouble généralement d’apparition progressive. L’affection touche plus volontiers le jeune danseur entre 9 et 13 ans. La douleur inaugure le tableau clinique. Elle va s’exprimer lors de la pratique de la danse ou d’activité circassienne au sol par exemple, mais on va la retrouver également à la marche. La douleur s’atténue au repos. Cette douleur se présente par une talalgie postéro-inférieure. La topographie de la douleur est l’apophyse calcanéenne postérieure, mais ces douleurs peuvent irradier à la partie basse du tendon d’Achille et vont gêner au début la pratique de la danse. En dehors de la pratique, on va constater parfois une marche antalgique avec claudication.
L’intensité de ces douleurs est variable, de la simple gêne à l’incapacité de poser le talon au sol.

A l’examen clinique, le patient ressent des douleurs à la compression du talon au niveau du tendon d’Achille ainsi qu’à la dorsiflexion de la cheville. Une douleur exquise siège à la partie postéro-inférieure du calcanéum. Cette douleur est exacerbée à l’appui du demi-pas postérieur, à la dorsiflexion passive forcée du pied.

Cette douleur ne s’accompagne pas de signes inflammatoires. A l’inspection le talon ne présente pas de particularité. On ne retrouve pas de signes locaux inflammatoire tel qu’un œdème ou une tuméfaction.
On va rechercher un trouble de l’arrière pied qui est normal en général. On peut néanmoins constater une rétraction du talon d’Achille ou un arrière-pied en valgus associé.

Imprimer

La boutique

Revues

Revue Médecine des Arts N°88 Danseurs Musiciens
Revue Médecine des arts N°88 Danseurs Musiciens
14,00 € Accéder à la boutique

S'abonner à la Revue Médecine des arts

Santé du danseur


Association

Faire un don
Adhérer