Benoîte Groult

Ecrivain, journaliste

Benoîte Groult

Romancière et militante féministe, Benoîte Groult, née le 31 janvier 1920 à Paris et morte le 20 juin 2016 à Hyères (Var) à l'âge de 96 ans.

« Benoîte Groult est la fille du styliste de meubles André Groult (1884-1966), renommé dans les années trente, et de Nicole Poiret (1887-1967), dessinatrice de mode, sœur du créateur Paul Poiret et grande amie (et amante pendant la première guerre, comme Benoîte le raconte de façon à peine voilée dans son roman Les Trois quarts du temps) de Marie Laurencin. » [Wilkipedia]
« Comme son père, le sportif et effacé André Groult, Rosie aime les livres, la pêche à Concarneau et les sports d’hiver. Sportive jusqu’à la fin, nonagénaire chic en baskets, brushing toujours impeccable, elle aura fait du vélo jusqu’à ses 91 ans - et montait gaillardement l’escalier de meunier qui la menait à ses bureaux varois. »[Libération 21 juin 2016]
« Benoîte Groult obtient une licence de Lettres, et enseigne, au début de sa carrière, au Cours Bossuet. En 1943, elle épouse Blaise Landon qui meurt en mai 1944. En 1945, elle épouse un étudiant en médecine, Pierre Heuyer, qui meurt quelques mois plus tard. Elle entre au Journal de la Radiodiffusion à la Libération et y reste jusqu'en 1953. En 1946[réf. nécessaire], elle épouse Georges de Caunes avec lequel elle a deux filles, Blandine et Lison, puis, en 1952, le romancier et journaliste Paul Guimard avec lequel elle a une fille, Constance. Elle a collaboré à diverses publications : ELLE, Parents, Marie Claire, etc. »[Wilkipedia]
"Journaliste, notamment à «Elle» et «Marie-Claire», longtemps jurée du prix Femina, elle  avait d'abord publié, avec sa soeur Flora, des livres comme «Journal à quatre mains» (1963), «le Féminin pluriel» (1965) ou «Il était deux fois» (1967). Plusieurs best-sellers avaient suivi, comme de «la Part des choses» (1972) à «la Touche étoile» (2006) en passant par «Ainsi soit-elle» (1975)." [L'observateur 21 juin 2016]

Elle fonde avec Claude Servan-Schreiber en 1979 le mensuel féministe F Magazine.
Elle écrivait écrivait: «Tant que je saurai où demeurer, tant que je serai accueillie en arrivant par le sourire de mes jardins, tant que j'éprouverai si fort le goût de revenir et non celui de fuir ; tant que la terre n'aura perdu aucune de ses couleurs, ni la mer de sa chère amertume, ni les hommes de leur étrangeté, ni l'écriture et la lecture de leurs attraits ; tant que mes enfants me ramèneront aux racines de l'amour, la mort ne pourra que se taire. Moi vivante, elle ne parviendra pas à m'atteindre.»
Benoîte Groult est morte le 20 juin à l'âge de 96 ans


 

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Médecine des arts-musique

Cursus Médecine des arts-musique