Une chanson douce pendant le sommeil pour renforcer la mémoire

Renforcer sa mémoire est une demande fréquente des plus jeunes avant des périodes d’examen, des plus âgées lorsqu’ils perçoivent les premiers signes de défaillance mémorielle.

La mémoire est un enjeu tout au long de la vie. Dans les pratiques artistiques, la mémoire joue un rôle important dès les premiers apprentissages ; mémoires déclarative et procédurale jouent un rôle important dans la maîtrise d’un instrument par exemple, d’une technique, d’un répertoire. Ce rôle se confirme ensuite au cours des différentes phases de la pratique, de la vie professionnelle et cela quelle que soit la pratique.

Booster la mémoire en stimulant le cerveau pendant le sommeil

L’idée de stimuler la mémoire est une recherche constante. De nombreux moyens plus ou moins efficaces, plus ou moins éthiques ont été utilisés. La démarche d’une équipe de chercheurs de l’université de Tuebingen en Allemagne se veut plus douce. [1]
Pour Jan Born [2] de cette université, un sommeil de qualité stimule la mémoire et les performances scolaires des enfants. Un bon sommeil chez les enfants augmente plus que pour des adultes « leur capacité à transformer les connaissances implicites en connaissances explicites, processus à l’origine de l’apprentissage ».
Les effets du sommeil sur la mémoire sont étudiés depuis longtemps. De nombreuses données expérimentales montrent que le sommeil participe à la consolidation mnésique. Les travaux de privation de sommeil, d’imagerie cérébrale ou des méthodes telles que la stimulation électrique transcrânienne ont permis de préciser les substrats électrophysiologiques sous-tendant l’effet bénéfique du sommeil sur la mémoire.

Au-delà de la mémoire, la qualité du sommeil joue globalement sur la performance. Cette influence n’est plus à démontrer. Les pratiques artistiques sont variées mais la plupart comportent l’exigence d’une extrême précision, une nécessité de vigilance face à des facteurs de risques spécifiques (acrobatie, voltigeur…). Ainsi la qualité de la performance peut être aussi celle de la qualité du sommeil, la mémoire étant un des facteurs.
Ainsi, une des clés de l’amélioration de la qualité de la performance résiderait aussi dans la qualité du sommeil. Les troubles du sommeil sont extrêmement fréquents, ils touchent 1/3 des enfants [3], et 15 % chez l’adulte et sa prévalence passe à plus de 40 % pour des insomnies transitoires comme peuvent le connaître les artistes avant une épreuve importante, mais aussi lors de difficultés personnelles ou professionnelles. [4]
L’idée de Jan Born était donc de favoriser le sommeil lent pour renforcer la mémoire mais en apportant une aide ne présentant pas d’aléas particuliers, tel qu’un traitement chimique par exemple. L’expérience menée consistait à apporter d’une part des stimulations sonores douces durant le sommeil à ondes lentes et d’autre part des stimulations factices chez 11 sujets sur plusieurs nuits. L’exposition aux stimulations sonores synchrones avec les oscillations lentes du cerveau stimulaient la mémoire des sujets qui se souvenaient mieux alors des associations des mots qu’ils avaient appris la veille au soir. Cet effet ne se reproduisait pas lorsque la stimulation était réalisée dans une autre période de sommeil profond. Le Docteur Jan Born insiste sur le fait que l’efficacité du procédé n’intervenait que lorsque les sons émis étaient synchrones avec le rythme lent du sommeil profond.

Pendant le sommeil lent, l’activité électrique du cerveau prend deux formes : des ondes lentes, de grande amplitude et faible fréquence et des ondes électriques qui se présentent sous la forme de bouffées d’activité électrique appelées « fuseaux » de fréquence plus élevée. Les fuseaux jouent un rôle déterminant sur le plan mémoriel, pour des tâches d’apprentissage réalisé la veille [5]. Ces ondes cérébrales sont constituées de décharges de millions de neurones, qui augmentent et diminuent périodiquement au rythme d’une oscillation par seconde. Ce phénomène favorise le renforcement des synapses et la consolidation des circuits neuronaux associés aux informations fraîchement acquises. Lorsque le son intervient dans ces phases, il va booster la mémoire. [6]
Cette étude révèle que jouer des sons synchronisés au rythme des oscillations améliore le sommeil et stimule la mémoire. Cette méthode simple et non invasive pourrait être utilisée pour améliorer les rythmes de sommeil et la mémoire.
Y aura-t-il demain de tels instruments de musique et des répertoires qui vont nous permettre la nuit de stimuler de manière spécifique ces « fuseaux » durant notre sommeil, les auteurs n’ont pas apporté de réponse à cette question.
Les artistes sont souvent soumis à des rythmes biologiques qui ont tendance à être des désynchronisateurs du sommeil. Des déplacements éloignés fréquents avec des décalages horaires, des pratiques tardives en soirée, des activités intenses physiquement et émotionnellement, font que le sommeil peut subir des perturbations notables.
Les résultats de cette étude renforcent également la thèse de l’importance du rôle de l’hygiène de vie sur la mémoire et la performance. La période du sommeil étant finalement un moment clé de préparation à la performance, il est nécessaire alors de créer les conditions favorables à sa réalisation.

Docteur Arcier André, président fondateur de Médecine des arts®
Médecine des arts® est une marque déposée, Copyright médecine des arts©

Bibliographie

[1] Bayer L, Constantinescu I, Perrig S, et al. Rocking synchronizes brain waves during a short nap. Curr Biol 2011 ;21 : R461-2.
[2] Hong-Viet V. Ngo, Thomas Martinetz, Jan Born, Matthias Mölle. Auditory Closed-Loop Stimulation of the Sleep Slow Oscillation Enhances Memory.
[3] Lecendreux M. Troubles du sommeil chez l’enfant et l’adolescent. Encyclopédie médico-chirurgicale. Psychiatrie 37-200-E-38. Pédiatrie, 4-102-A-10, 1996.
[4] B. Bonin - Relecture : D. Pringuey. Troubles du sommeil de l’adulte. Cours
[5] Kalman Eric Grivel et al. Caractérisation et analyse des fuseaux de sommeil par analyse spectrale haute résolution et filtrage. Equipe Signal & Image, ENSEIRB, BP 99, F-33 402 Talence Cedex
[6] L’électroencéphalogramme (EEG) est le relevé des variations du champ électrique émis par le cerveau à la surface du cortex. L’étude de ces signaux a permis d’établir par exemple le profil typique d’une nuit de sommeil d’un adulte et a montré que le sommeil n’est pas un état stable. En effet, il y a un stade de sommeil à ondes rapides et quatre stades à ondes lentes. Dans la phase II de sommeil lent léger, surviennent le plus généralement des activités électriques corticales caractéristiques que sont les fuseaux de sommeil (ou spindles) et des complexes K (que l’on appelle aussi pointes de haut voltage.


Médecine des Arts®    
  715 chemin du quart 82000 F-Montauban
  Tél. 05 63 20 08 09 Fax. 05 63 91 28 11
  E-mail : mda@medecine-des-arts.com
  site web : www.medecine-des-arts.com

Imprimer

La boutique

Revues

Santé du chanteur N°84
Revue Médecine des arts N°84 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

Quiz

Somnolence, testez votre propension à vous endormir dans la journée ou en soirée

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

Quiz

Problème de voix chantée ?

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

La boutique

Livres

Physiologie du chant
Physiologie et art du chant
25,00 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°63
Revue Médecine des arts N°63
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°57
Revue Médecine des arts N°57
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°52
Revue Médecine des arts N°52
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°45
Revue Médecine des arts N°45
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°31
Revue Médecine des arts N°31
14,00 € Accéder à la boutique