TMS, affections des épaules chez les artistes et maladies professionnelles

Pathologie de la coiffe des rotateurs

Les TMS sont les troubles le plus souvent rencontrés chez les artistes. L’épaule est un des sites anatomiques privilégiés d’atteinte dans certaines pratiques, et notamment à certains âges de la vie de l’artiste, notamment dans la cinquième ou sixième décade. Musiciens tels que les violonistes, contrebassistes, violoncellistes, harpistes etc, mais aussi circassiens, tels que les voltigeurs, plasticiens, plus volontiers les sculpteurs ont fréquemment des affections au niveau des épaules en relation avec leur pratique. Pour autant on voit l’incidence des lésions de l’épaule en augmentation chez les sujets jeunes soumis à des gestes répétitifs fréquents au niveau de l’épaule.

Pathologie de la coiffe des rotateurs
Le terme de pathologie de la coiffe des rotateurs (CDR) est un terme générique qui sous-tend une lésion de type dégénératif ou traumatique localisée aux tendons de la CDR (supra-épineux, infra- épineux, sub-scapulaire, petit rond) et/ou à leurs annexes (bourse synoviale…). Il englobe également les atteintes de même type localisées à la partie proximale du tendon du chef long du muscle biceps brachial (ou à sa synoviale, ténosynovite). Ces lésions peuvent prendre des allures diverses, tant du point de vue clinique que pathologique, et vont de la tendinopathie « simple » à la rupture tendineuse avérée.
Cette pathologie correspond à l’une des 3 formes suivantes :

  •   tendinopathie avec calcification ;
  •   tendinopathie non calcifiante sans rupture ;
  •   tendinopathie avec rupture (partielle, transfixiante, complète) accompagnée ou non d’arthrose scapulo-humérale, en fonction de l’étendue, de l’ancienneté et de l’évolution de la rupture qui entraîne une dégénérescence graisseuse du muscle rompu.

Ce phénomène est constaté chez les jeunes sportifs dans la gymnastique artistique, mais peut également se rencontrer dans les pratiques circassiennes. On va retrouver chez ces sujets jeunes des ostéochondroses de l’épaule, comme on peut les rencontrer au niveau des membres inférieurs chez les danseurs. Les facteurs favorisants sont l’intensité de la pratique (on a pu les rencontrer dans les pratiques artistiques supérieures à 12 heures par semaine), un début précoce (5-6 ans), les modifications d’amplitude articulaire, des morphotypes particuliers comme la sagittalisation des omoplates associée à une cyphose dorsale et une insuffisance des fixateurs d’omoplate (morphotype fréquent chez les gymnastes), l’hyperlaxité de l’épaule et les modifications de la torsion humérale.

Imprimer

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°81
Revue Médecine des arts N°81
14,00 € Accéder à la boutique

Quiz

Quelle est votre anxiété générale ? Test 1, genre masculin

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Cursus Médecine des arts-musique

Inscription 2017-2018