Tendinite de De Quervain chez une disc jockey

Tendinite des tendons du pouce

La tenosynovite de De Quervain est l’inflammation des tendons du court extenseur et du long abducteur du pouce au niveau d’une coulisse ostéo-fibreuse sur le bord du poignet. Elle est classique lors de certaines techniques de jeu en flexion cubitale du poignet, chez le bassiste par exemple, mais aussi dans d'autres activités, le disk jockey par exemple.

Cas clinique : tendinite de De Quervain chez un disc Jockey

M. A est une jeune femme de 28 ans, gauchère. Depuis quelques mois, elle mène une activité musicale singulière puisqu’elle est disc jockey (DJ prononcer didjay). Elle a passé de nombreuses heures pour avoir une certaine maîtrise des différentes techniques de jeu.
Plus récemment encore, elle s’est préparée assidûment à un événement musical où elle devait tenir le premier plan comme DJ et a participé à plusieurs reprises à des sessions une grande partie de la nuit. Elle a commencé à avoir une douleur au niveau du poignet gauche du côté du pouce (1er doigt). Mais du fait de son engagement prochain et de l’importance de l’événement, elle a persisté dans sa préparation de 6 à 8 heures par jour.
La douleur désormais est intense et l’a mise dans l’obligation d’arrêter sa pratique. La douleur est présente également en saisissant des objets et en serrant les mains.

Consultation

L’examen clinique met en évidence une sensibilité douloureuse à la palpation au-dessus de la styloïde radiale. La douleur est accrue à l’extension contrariée du pouce. Le test de Finkelstein est positif. L’examen clinique est par ailleurs normal.
Une radiographie a été faite et s’est révélée normale. Sur la base de l’examen clinique, le diagnostic de tenosynovite de De Quervain a été porté. Une analyse plus précise a été faite de la pratique musicale en question.

test de Finkelstein
inclinaison cubitale déclenche la douleur

Pratique musicale du disc jockey

Sur le plan général un disc jokey (DJ) est une personne qui sélectionne et diffuse de la musique à destination d’un public, que ce soit pour une émission radiophonique, dans une discothèque ou à l’occasion d’une soirée. Dans ce cas plus précis, le DJ est un véritable créateur d’ambiance et de musique à partir de sons existants qui vont être travaillés techniquement (électroniquement ) et gestuellement.

Le DJ modifie ou superpose deux musiques, ou une musique et une version a cappella, et faire preuve de créativité et d’inventivité ; il utilise des équipements spéciaux ou des ordinateurs pour refondre entièrement le morceau utilisé. Dans le milieu du « DJing », cette technique est connue sous le nom de bootleg ou encore de mashup ou medley.
Sur le plan matériel, le DJ utilise des platines ainsi qu’une table de mixage. La technique de base consiste à synchroniser deux titres, c’est-à-dire les mettre aux mêmes BPM et les jouer simultanément (avec des sampler si besoin). À partir de là, d’autres techniques sont associées (coupure de basse, cut…).
L’association de ces techniques afin de réaliser les effets musicaux désirés exigent une grande précision et une dextérité. Par exemple, lorsque cette jeune fille gauchère scratche, c’est-à-dire qu’elle modifie la vitesse et le sens de lecture des platines vinyles, elle frotte le sillon du disque sous la tête de lecture, afin de déformer et de rythmer les sons gravés sur le disque. De l’autre main, le mixage permet d’obtenir des modifications du son, de passer d’une platine à l’autre et de couper le son d’une ou des deux platines.
Les techniques de scratch, comme le cutting, le transforming, ou encore le flare, qui peuvent être cumulées et alternées.

La main gauche que cette musicienne actionne sur la platine exécute des mouvements extrêmement répétifs. Cette main et le poignet sont le plus souvent en déviation ulnaire dans la position de départ sur la platine abdution et imprime des mouvements incessants de déviation radiale et ulnaire, d’abduction et d’adduction. Les mouvements cumulés et itératifs des heures durant entraînent des microtraumatismes.

La tenosynovite de De Quervain est l’inflammation
des tendons du court extenseur et du long abducteur du pouce au niveau
d’une coulisse ostéo-fibreuse sur le bord du poignet.

Le traitement médicamenteux de la tendinite du disc jockey

Les traitements anti-inflammatoires ainsi que l’application d’une orthèse n’ont pas apporté d’amélioration. Un arrêt de la pratique a été également prescrit. L’injection locale de methylprednisolone a amené une diminution importante de la douleur.

Traitement ergonomique et hygiène de vie

L’observation de la technique de jeu a permis de comprendre le mécanisme physiopathologique, de prescrire des pauses, et de lui conseiller de s’hydrater en évitant bien évidemment les boissons alcoolisés et autres produits pouvant agir en aggravant l’anoxie musculo-tendineuse, des étirements en relation avec la pratique, de modifier légèrement la forme du mouvement. La prévention concernant l’ergonomie du geste à "l’instrument" consiste à diminuer l’inclinaison cubitale, et la tension exercée sur les muscles de la colonne du pouce mettant en tension les tendons. L’attaque sur les platines va se faire avec une main en position plus neutre.
Une reprise très progressive de la pratique a été conseillée mais avec une supervision et une préparation spécifique par un kinésithérapeute spécialisé pour les musiciens afin que la musicienne soit prête et dans de bonnes conditions pour l’événement musical en question.

Tendinite, maladie professionnelle

Parallèlement une déclaration de maladie professionnelle a été faite et adressée par la musicienne à la caisse primaire d’assurance maladie. La ténosynovite de De Quervain est inscrite au tableau 57 des maladies professionnelles sous le titre d’Affections périarticulaires provoquées par certains gestes et postures de travail
Des difficultés inhérentes au statut d’intermittent du spectacle peuvent exister du fait des contrats itératifs et souvent de courte durée, mais il y a une légitimité pour que la présomption d’origine s’applique et que la maladie professionnelle soit pleinement reconnue. La musicienne pourra ainsi avoir une prise en charge à 100 % des prestations médicales et paramédicales et le paiement à 100% de ses journées de travail.

Rédacteur : Docteur Arcier, président fondateur de Médecine des arts®
Médecine des arts® est une marque déposée. Copyright Médecine des arts©


 

Imprimer

La boutique

Revues

Santé du chanteur N°84
Revue Médecine des arts N°84 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

Consultation pluridisciplinaire pour le musicien

Consultation gratuite pour le musicien


La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°82
Revue Médecine des arts N°82 : Le pouce du musicien
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°80
Revue Médecine des arts N°80
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Le corps du musicien
Le corps du musicien
29,50 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Prévention des pathologies des musiciens
Prévention des pathologies des musiciens
29,50 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer