Subluxation d’un tendon péronier chez une jeune danseuse

Luxation d'un tendon du pied chez une danseuse

Luxation du péronier latéral chez une jeune danseuse. Ce muscle joue un rôle important en danse classique

Question

Que pensez-vous d’une luxation d’un tendon péronier latéral, chez une petite fille de 5 ans, sans notion de traumatisme, mais elle fait de la danse. Elle se dit gênée lors du passage du tendon sur la malléole. En dehors de cette subluxation, l’examen est normal ; je ne trouve pas grand-chose dans mes archives permettant d’éclaircir ce cas avant de montrer l’enfant à un orthopédiste ?


Réponse

Votre observation relate de façon parfaite la clinique de cette affection. Sur le plan anatomique, les tendons des deux péroniers latéraux descendent sur la face externe de la jambe, puis s’enroulent en arrière et au-dessous de la malléole externe, en décrivant un arc de cercle. Le court péronier va ensuite s’implanter sur le tubercule du cinquième métatarsien.

Le long péronier, après s’être engagé sous la plante du pied, se fixe à l’extrémité postérieure du premier métatarsien. Ces deux muscles provoquent l’abduction et la rotation du pied en dehors. De plus, le long péronier, lors de sa contraction, tend à augmenter la cambrure de la voûte plantaire.

Lors de la contraction des deux péroniers latéraux, leurs tendons ont tendance à décrire une ligne droite au lieu d’un arc de cercle, provoquant une importante traction vers l’avant du ligament annulaire externe, d’une part, ainsi que des gaines ostéo-fibreuses, d’autre part. Ces dernières ont une relative élasticité, mais une trop forte sollicitation peut entraîner leur distension, même jusqu’à leur rupture.

Tendon de la cheville chez la danseuse
Les tendons des deux péroniers latéraux descendent sur la face externe de la jambe,
puis s’enroulent en arrière et au-dessous de la malléole externe,
en décrivant un arc de cercle.
schéma d’après J. Bruzon et Castaing
1. Court péronier latéral; 2. Long péronier latéral; 3. Ligament annulaire externe

Dans le cas que vous rapportez, vous ne précisez pas les causes d’apparition ni le rythme de ce trouble. La réduction de cette subluxation s’effectue-t-elle spontanément, ou bien est-il indispensable de procéder manuellement à une remise en place du tendon à la partie postéro-inférieure de la malléole ?

Ces deux muscles ont un rôle majeur dans la danse classique, si bien qu’il est fort vraisemblable que cette activité soit à l’origine de ces ennuis. En tout état de cause, si cette subluxation ne survient que lors de la danse, il serait indispensable d’interrompre totalement cette activité au minimum pendant plusieurs mois, afin d’éviter la totale rupture des gaines.

Comme il s’agit d’une fillette de 5 ans, on ne peut que recommander la plus grande prudence. Si elle présente également un déplacement d’un de ses tendons dans la vie courante, lorsqu’elle marche normalement ou quand elle commence à courir, l’avis d’un orthopédiste serait fort utile. Dans certains cas, une rééducation bien conduite peut être bénéfique.

Concours Médical, 2 mars 2002, N°8. Docteur P. Wullaert.
Médecine des arts est une marque déposée®


 

Imprimer

S'abonner à la Revue Médecine des arts

Santé du danseur


Association

Faire un don
Adhérer