Maladie d’Osgood-Schlatter chez le danseur

Définition et épidémiologie de la maladie d'Osgood-Schlatter

La maladie d’Osgood-Schlatter est la principale cause de douleur de douleur antérieure du genou chez l’adolescent. Les jeunes danseurs, circassiens, selon les pratiques réalisées sont particulièrement exposés à ce trouble.

La maladie d’Osgood-Schlatter est une épiphysite de croissance, de la tubérosité tibiale antérieure du genou, suite à des tractions musculo-tendineuses répétées par la pratique d’un geste en extension.

épiphysite de croissance

Certaines pratiques artistiques sollicitent rudement les membres inférieurs telles que la danse, le cirque. L’hyperutilisation musculo-squelettique fragilise les tissus plus particulièrement en période de croissance chez l’enfant et l’expose à des affections typiques ; la maladie d’Osgood-Schlatter en est un exemple. C’est une affection bénigne de l’adolescence de l’enfant danseur ou circassien, mais qui peut avoir des conséquences importantes dans le suivi de sa formation artistique. Aussi, il est important que soient mis en place une prévention efficace pour ce type de trouble, un dépistage précoce et une prise en charge adaptée à ces jeunes passionnés par leur pratique artistique.

Quelle est la définition de la maladie d’Osgood-Schlatter ?

C’est une affection douloureuse du genou qui touche l’enfant en période de croissance en relation avec un contexte microtraumatique et d’hyperutilisation. La maladie d’Osgood-Schlatter est la principale cause de douleur antérieure du genou chez l’adolescent. Les jeunes danseurs, circassiens selon les pratiques réalisées sont particulièrement exposés à ce trouble.

Pourquoi avoir nommé cette affection, Maladie d’Osgood-Schlatter ?

Docteur Osgood

Ce trouble a été décrit la première fois en 1903 par un radiologue nommé Robert Bayley Osgood (né le 6 juillet 1873 à Salem dans le Massachussetts, mort le 2 octobre 1956 à Boston), et un peu plus tard par Karl Schlatter (naissance 18.3.1864 à Wallisellen, décès 19.3.1934 à Zurich) qui en firent une description clinique relativement juste. Osgood et Schlatter avait émis dès son origine l’hypothèse traumatique de l’affection.

Cette affection a fait l’objet de nombreuses controverses concernant son origine de nature infectieuse, dystrophique, ischémique ; en témoignent les différents termes qui seront utilisés pour la qualifier : ostéochondrose, ostéochondropathie, ostéonécrose, apophysite, chondrodystrophie…

Quelle est l’épidémiologie de la maladie d’Osgood-Schlatter ?

Cette affection touche environ 4 % des adolescents et environ 20 % des adolescents sportifs. Classiquement, l’affection touche plus volontiers le garçon, trois à quatre fois plus souvent que la fille [1] . Cette dernière est touchée plus précocement que le garçon, 2 ans plus tôt environ, soit 13-14 ans chez le garçon et 10-11 ans chez la fille. L’atteinte est bilatérale dans 25 à 30 % des cas [2]. Il n’existe pas d’incidence familiale ni de facteurs constitutionnels prédisposants.
 

Imprimer

S'abonner à la Revue Médecine des arts

Santé du danseur


Association

Faire un don
Adhérer