La maladie de Sever chez le jeune danseur. Le pied du danseur

Qu'est ce que la maladie de Sever?

L’ostéochondrose ou apophysite du danseur, une affection microtraumatisme en période de croissance chez un enfant hyperactif : jeune danseur, circassien

Les ostéochondroses telles que la maladie de Sever sont les pathologies les plus fréquemment rencontrées chez les jeunes danseurs en dehors des traumatismes. Le pied est une architecture sophistiquée et fragile. Il est constitué d’une mosaïque de cartilage. Tant que l’enfant n’a pas atteint sa puberté, ces structures restent particulièrement sensibles aux microtraumatismes. Le travail quotidien en danse ou dans les activités circassiennes en pleine période de croissance nécessite d’être mené par des enseignants connaissant pleinement la physiopathologie de l’exercice physique de l’enfant.

La danse classique notamment, certaines activités dans le cirque, l’activité de marche chez des jeunes musiciens (Brass band, Harmonie) exposent également l’enfant à des contraintes souvent importantes. Ces activités soumettent les structures musculo-squelettiques à des contraintes sévères, si chez l’adulte ces microtraumatismes favorisent des tendinopathies, chez l’enfant en période de croissance, les structures anatomiques fragiles sont les cartilages de croissance et les noyaux secondaires d’ossification. Le surmenage va exposer les enfants a des ostéodystrophies (maladie de croissance).

Ostéochondroses au niveau du pied
1. Scaphoïdite tarsienne de Klholer-Mouchet; 2. Maladie de Freiberg;
3. Maladie de Renander; 4. Apophysite postérieure du calcanéum ou maladie de Sever 

Qu’est ce que la maladie de Sever ?

La maladie de Sever a été décrite pour la première fois en 1912 par le Docteur Sever qui a donné son nom a cette affection. La maladie de Sever fait partie des ostéochondroses de croissance (appelée anciennement ostéochondrite, apophysite, ou encore ostéonécrose aseptique). La maladie de Sever affecte le pied (apophysite postérieure du calcaneus) chez un enfant pratiquant une activité physique intense tel que la danse, le cirque. Elle traduit l’atteinte du noyau d’ossification secondaire du calcanéum (zone d’insertion du tendon d’Achille) sous l’effet de microtraumatismes répétés (sauts). Elle touche plus fréquemment les garçons et nécessite un arrêt prolongé de la danse. Heuleu (1988) [1] signale deux cas chez les élèves de l’école de l’Opéra.

Imprimer

S'abonner à la Revue Médecine des arts

Santé du danseur


Association

Faire un don
Adhérer