Le diapason

Le diapason a-t-il réellement monté, et dans quelles proportions depuis cent ans

Berlioz, fils de médecin réputé, n’était pas seulement un formidable compositeur, un musicien passionné qui a délaissé ses études de médecine mais aussi un formidable littérateur sur la musique. Dans son ouvrage A Travers Chant il évoque le problème du diapason.

Monsieur le Ministre d’État, inquiet sur l’avenir de plus en plus alarmant de l’exécution musicale dans les théâtres lyriques, étonné du peu de durée de la carrière des chanteurs, et persuadé avec raison que l’élévation progressive du diapason est une cause de ruine pour les plus belles voix, vient de nommer une commission pour examiner avec soin cette question, déterminer l’étendue du mal et en découvrir le remède. (17 juillet 1858)

Le diapason a-t-il réellement monté, et dans quelles proportions depuis cent ans
Oui, sans doute, le fait de son ascension et reconnu de tous les musiciens, de tous les chanteurs, et dans le monde musical tout entier. La progression suivie par cet exhaussement semble avoir été à peu près partout. La différence qui existe aujourd’hui entre le ton des divers orchestres d’une même ville et entre celui des orchestres de pays séparés par des distances considérables ne constitue en général que des nuances qui n’empêchent point de réunir quelquefois ces orchestres et d’ne former, au moyen de certaines précautions, une grande masse instrumentale dont l’accord est satisfaisant. S’il y avait, ainsi qu’on le répète souvent à Paris, une grande dissemblance entre les diapasons de l’Opéra, de l’Opéra-Comique, du Théâtre-Italien et des musiques militaires, comment eussent eût-il possibles les orchestres de sept à huit cents musiciens qu’il m’est arrivé si souvent de diriger dans les vastes locaux des Champs-Élysées, après les expositions de 1844 et de 1855, et dans l’église de Saint-Eustache, puisque les éléments de ces congrès musicaux se composaient nécessairement de presque tous les instruments disséminés dans les nombreux corps de musique de Paris ?
Les festivals d’Allemagne et d’Angleterre, où les orchestres de plusieurs villes se réunissent fréquemment, prouvent que les différences de diapason y sont également peu sensibles et que la précaution de tirer la coulisse des instruments à vent trop haut suffit pour les faire disparaître.

Ces différences existent cependant, si petites qu’elles soient. On en aura bientôt la preuve, la commission ayant écrit à presque tous les maîtres de chapelle, maître de concert et chefs d’orchestre des villes d’Europe et d’Amérique où l’art musical est cultivé, pour leur demander un exmplaire de l’instrument d’acier dont on se sert chez eux comme chez nous, sous divers noms, pour donner le la aux orchestres et accorder les orgues et les pianos. Ces diapasons contemporains, comparés aux diapasons anciens (de 1790, de 1806, etc.) que nous possédons, rendront évidente et précise la différence qui existe entre le ton d’aujourd’hui et celui de la fin du siècle dernier. En outre les vieilles orgues de plusieurs églises, à cause de la nature toute spéciale des fonctions dans lesquelles le service religieux les a renfermées, n’ayant jamais été mises en relations avec les instruments à vent des théâtres, ont conservé le diapason de l’époque où elles furent construites ; or ce diapason est en général d’un ton plus bas que celui d’aujourd’hui.

De là l’usage d’appeler ces orgues en si bémol, parce que leur ut en effet, étant d’un ton plus bas que le nôtre, se trouve à l’unisson de notre si bémol. Ces orgues ont au moins un siècle d’existance. Il faudrait donc conclure de ces faits divers, mais concordants entre eux, que le diapason ayant monté d’un ton en cent ans ou d’un demi-ton en un demi-siècle, si sa marche ascendante continuait, il parcourrait en six cents ans les douze demi-tons de la gamme, et serait nécessairement en l’an 2458 haussé d’une octave.
L’absurdité d’un pareil résultat suffit à démontrer l’importance de la mesure prise par Monsieur le ministre d’État, et il est fort regrettable que l’un de ses prédécesseurs n’ait pas songé à la prendre longtemps avant lui.

Mais la musique a rarement jusqu’ici obtenu une protection éclairée, officielle, bien que de tous les arts elle soit celui qui en a le plus besoin. Presque toujours, presque partout, son sort a été remis aux mains d’agents qui n’avaient pas le sentiment de son pouvoir, de sa grandeur, de sa noblesse, et qui ne possédaient aucune connaissance de sa nature et de ses moyens d’action. Presque toujours et presque partout jusqu’à présent elle a été traitée comme une fille bohème qu’on faisait chanter et danser sur les places publiques en compagnie des singes et des chiens savants, qu’on couvrait d’oripeaux pour attirer sur elle l’attention de la foule et qu’on ne demandait qu’à vendre à tout venant.
La décision prise par Monsieur le ministre d’État donne lieu d’espérer que la musique aura prochainement en France la protection qui lui manquait, et que d’autres réformes importantes dans la pratique et dans l’enseignement de l’art musical suivront de près la réforme du diapason.

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer