Comment le cerveau des ballerines apprend à ne pas avoir de vertige lors des pirouettes

Quelles sont les sensations éprouvées les ballerines lors des pirouettes

Qu’est-ce qu’un vertige ?

Un vertige est une illusion de mouvement qui se manifeste par une impression de rotation ou de pseudo-ébriété. Il s’accompagne habituellement de signes neurovégétatifs. Le patient reste conscient tout au cours de la crise. [1]

Avoir des vertiges alors que nous venons de tourner sur nous-mêmes comme le font les derviches tourneurs est banal et physiologique. En effet, chez la plupart d’entre nous, une rotation rapide entraîne une sensation de vertige : une fois que la tête a terminé de bouger, les fluides remplissant l’oreille interne restent un moment en mouvement, d’où cette impression de « tournis ».

Le cerveau des ballerines et des danseurs

Quelles sont les sensations éprouvées par les sujets qui ont appris précocement à tourner sur eux-mêmes comme le font les ballerines ? Pirouettes, mouvements rotatoires divers sont exercés dans les pratiques dansées sans ou avec peu de vertige, quels sont les mécanismes en jeu ?

Le Docteur Barry M. Seemungal et son équipe ont essayé de répondre à ce questionnement.
L’étude portait sur un échantillon de 29 ballerines, ayant en moyenne 16 ans d’expérience de ballet, comparé à un groupe témoin de sportives (20 rameuses pratiquant l’aviron) dont l’activité ne comportait aucun mouvement rotatoire. L’expérience du Docteur Barry visait à explorer en pratique les sensations de vertige de ces deux populations. Chacun de ces participants devait se placer sur un fauteuil pivotant dans un environnement obscur. Il lui était assigné d’actionner un signal lorsqu’il ressentait la sensation d’être encore en train de tourner alors que le fauteuil était à l’arrêt.
Des examens cliniques et paracliniques complétaient l’expérience, les réflexes oculaires déclenchés par l’oreille interne (organes vestibulaires) étaient relevés, une IRM permettait d’observer le cerveau des danseurs et des pratiquantes d’aviron.
L’analyse des différentes données met en évidence :

  •   d’une part, que la sensation de vertige chez les danseuses est systématiquement d’une durée plus courte que chez les rameuses ;
  •   d’autre part, l’IRM permet de mettre en évidence des différences entre les deux groupes dans la zone du cervelet chargé de recevoir les signaux en provenance du système vestibulaire, qui est plus petite chez les danseuses par rapport aux rameuses ; ainsi que dans la zone cérébrale responsable de la sensation de vertige.
Imprimer

S'abonner à la Revue Médecine des arts

Santé du danseur


Association

Faire un don
Adhérer