Syndrome de surmenage spécifique

Technopathies et TMS du musicien

Les syndromes de surmenage (repetitive strain injuries) sont des affections ostéo-articulaires qui touchent les structures musculo-squelettiques des musiciens en relation avec la surutilisation biomécanique de certaines zones anatomiques. Nommés souvent en France TMS des musiciens, les anglo-saxons les qualifient de  «  Playing-related musculoskeletal disorders ». On distingue deux types de syndromes de surmenage : d’une part, les syndromes de surmenage spécifiques qui sont des syndromes localisés qui touchent plus précisément les éléments tendineux et paratendineux du musicien et, d’autre part, les syndromes de surmenage non spécifiques qui touchent des zones anatomiques musculo-squelettiques plus larges, et souvent sur plusieurs sites anatomiques.

Syndromes de surmenage spécifiques à différencier des surmenages non spécifiques

Au cours d’un presto de Mendelssohn pour piano d’une durée de 4 minutes 3 secondes, on a pu établir que le musicien avait joué 5595 mouvements, ce qui représente 72 mouvements de doigts des deux mains par seconde, en exprimant l’expression musicale correspondante. La pratique musicale exprime là toute son exigence et ce qu’elle impose aux structures musculo-squelettiques du musicien. Finalement, il n’y a rien de surprenant que le risque lésionnel de TMS soit le plus important pour les instrumentistes.

  • Rapidité et précision du mouvement
  • Répétition du geste
  • Postures peu physiologiques
  • Associés à une gestion musculo-squelettique inadaptée, pauses insuffisantes notamment.

L’ensemble de ces paramètres réunis sont les facteurs favorisants de ces troubles.  La sur-utilisation, l’utilisation biomécanique inadéquate de la physiologie du mouvement créént des microtraumatismes répétés et des microlésions sur les structures tendineuses et péritendineuses.
Cette famille de troubles est représentée par les tendinites, ténosynovites, plus largement les tendinopathies.
Il s’agit de pathologies inflammatoires des tendons et de leurs gaines.
Les tendinopathies se caractérisent par un gonflement douloureux du tendon ; la douleur lorsqu’on s’oppose au mouvement normal est un signe pathognomonique.
Tous les instruments peuvent entraîner ce type de d’affections. On va les rencontrer aux membres supérieurs dans diverses zones anatomiques : poignet, coude, épaule. Chaque instrument, selon les techniques utilisées, peut être responsable de lésions particulières ; le poignet gauche en hyperflexion et inclinaison (radiale) chez un guitariste est par exemple propice à l’émergence d’une tendinopathie de De Quervain. Un travail en pronation chez un pianiste va favoriser une tendinopathie de type épicondylite latérale.

Imprimer

La boutique

Revues

Santé du chanteur N°84
Revue Médecine des arts N°84 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

Consultation pluridisciplinaire pour le musicien

Consultation gratuite pour le musicien


La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°82
Revue Médecine des arts N°82 : Le pouce du musicien
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°80
Revue Médecine des arts N°80
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Le corps du musicien
Le corps du musicien
29,50 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Prévention des pathologies des musiciens
Prévention des pathologies des musiciens
29,50 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer