Syndrome de surmenage non spécifique

Symptômes du syndrome de surmenage non spécifique du musicien

A côté des tendinopathies (syndrome de surmenage spécifique), on rencontre des troubles douloureux non spécifiques. Le mécanisme est le même, les facteurs de risques principaux sont  :

  • la pratique intensive
  • la répétitivité du geste
  • le mouvement peu physiologique (angle articulaire par exemple).

Physiopathologie des syndromes non spécifiques du musicien

Mais la physio-pathologie de ces affections non spécifiques fait encore l’objet d’hypothèses.
Le risque de syndrome de surmenage apparaît lorsque les contraintes physiques dépassent les possibilités de l’organisme. Les symptômes se développent souvent après un changement de routine (d’instrument, de professeur, de style de jeu) ; une modification du rythme de jeu, des répétitions, des concerts, des répertoires impliquant un morceau plus difficile, des périodes de pauses inadéquates sont des facteurs favorisants ces troubles. Le stress et l’anxiété de performance vient accroître ce risque.

Signes fonctionnels du syndrome surmenage non spécifique

L’effet cumulatif des contraintes mécaniques génère des micro-lésions. La douleur domine le tableau clinique, mais contrairement aux tendinites la douleur n’est pas localisée et touche plus volontiers les masses musculaires que les tendons ; elle n’est pas accompagnée d’un œdème et ne présente pas les caractéristiques inflammatoires des tendinopathies. Selon la zone anatomique touchée, ce syndrome de surmenage non spécifique peut associer une faiblesse musculaire, une fatigue.

Les symptômes dans la phase de début de l’affection apparaissent uniquement lors du jeu et cèdent lorsque le musicien arrête de jouer. Dans les cas plus sévères, on note une aggravation dans le sens de l’extension de la douleur en dehors même de la pratique. L’intensité de la douleur est variée ; elle peut gêner de manière importante la pratique, voire l’empêcher. Le syndrome est parfois subaigu, mais les formes chroniques sont fréquentes.

Aucune famille d’instrumentistes n’est épargnée par ces syndromes. La localisation des troubles est variée, avec une prédilection pour les avant-bras, les muscles des ceintures, les muscles trapèze, épineux, angulaire, plus largement les muscles du haut du dos. La douleur siège souvent sur plusieurs sites anatomiques.

Imprimer

La boutique

Revues

Santé du chanteur N°84
Revue Médecine des arts N°84 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

Consultation pluridisciplinaire pour le musicien

Consultation gratuite pour le musicien


La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°82
Revue Médecine des arts N°82 : Le pouce du musicien
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°80
Revue Médecine des arts N°80
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Le corps du musicien
Le corps du musicien
29,50 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Prévention des pathologies des musiciens
Prévention des pathologies des musiciens
29,50 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer