Reprendre la danse après une opération de la hanche

La reprise de la pratique de la danse après une chirurgie de la hanche

chirurgie hanche danseuse

 

 

 

 

 

 

 

 

L’acte chirurgical est une décision qu’il faut toujours peser chez les artistes. Parfois nécessaire, il s’agira alors d’apporter des solutions qui prennent en compte la pratique et permettent une reprise rapide lorsque cela est possible.

Il est important que les chirurgiens aient une meilleure connaissance des conséquences fonctionnelles d’une lésion sur la pratique de la danse et des conséquences d’un acte chirurgical sur la capacité de reprendre la pratique au meilleur niveau. Par exemple, déclare le Docteur Padgett [Adult Reconstruction and Joint Replacement Service Hospital For Special Surgery New York, New York], l’identification des facteurs liés à de meilleurs résultats devrait aider les médecins à conseiller le danseur. Vous pourrez dire au danseur qui présente une déchirure du labrum (bourrelet) supérieur qu’un acte chirurgical visant à corriger ce problème a 75 % de chance de lui permettre de continuer à danser. Mais les facteurs comme une arthrite précoce, le fait d’avoir plus de 35 ans, d’avoir une dysplasie de la hanche et être une danseuse classique est une situation moins favorable pour un retour complet au travail. Dans ce cas, les possibilités de reprise professionnelle se situent plutôt à 50 %.

Ainsi le chirurgien pourra d’une manière éclairée formuler au danseur les avantages et les inconvénients de la chirurgie par rapport à une approche non chirurgicale.

Prodiguer des conseils dans ce sens ne peut se faire qu’après un diagnostic précis et une connaissance élargie du milieu de la danse, notamment pour les danseurs plus âgés (au-dessus de 35 ans) dont la situation médico-chirurgicale amène à remettre en question la pratique de haut niveau.
Le diagnostic préopératoire effectué dans le cadre de cette étude était pour 54 % des danseurs, celui de dysplasie de la hanche et dans 24 % un conflit fémoro-acetabulaire par effet came. Le diagnostic précis est d’autant plus important  qu’il va engager le processus décisionnel, la stratégie thérapeutique. Trop souvent, précise le Docteur Padgett, une douleur vague chez un danseur est attribuée à un problème tendineux ou musculaire alors que celui-ci dans nombre de cas est sous-tendu par un problème structurel. Une douleur répétitive ou prolongée de la hanche chez un danseur professionnel doit conduire, au-delà des examens radiographiques qui ne sont pas toujours significatifs, à réaliser une IRM afin de préciser le diagnostic.

Docteur Arcier André, président fondateur de Médecine des arts®
Médecine des arts® est une marque déposée. Copyright Médecine des arts©

 

Imprimer

S'abonner à la Revue Médecine des arts

Santé du danseur


Association

Faire un don
Adhérer