Prévention des troubles musculo-squelettiques chez les accordéonistes

Renforcement musculaire de l'accordéoniste

L’OMS recommande également d’effectuer des exercices de renforcement musculaire « faisant intervenir les principaux groupes musculaires », programme à effectuer trois fois par semaine. Étant donné la multiplicité des instruments et des individus concernés, il semble évident qu’il faille développer des exercices spécifiques pour une population bien définie de musiciens en ciblant les groupes musculaires spécifiques à l’instrument pratiqué.

Des exercices spécifiques pour l'accordéoniste

Concernant les accordéonistes, nous préconisons un travail spécifique des muscles suivants :

  • le muscle grand dentelé, dont le rôle est d’ancrer le membre supérieur au tronc pour l’exécution des mouvements amples (bras gauche) ;
  • les muscles paravertébraux et abdominaux pour renforcer le tonus postural du tronc ;
  • le muscle triceps brachial, qui permet les mouvements d’ouverture du soufflet. La faiblesse de ce muscle entraîne des mouvements compensatoires de l’articulation de l’épaule gauche à l’origine de lésions ;
  • le muscle biceps brachial et le muscle pectoral qui soutiennent le membre supérieur gauche lors de la fermeture du soufflet. Le muscle pectoral droit effectue un contre-appui essentiel à une bonne gestuelle.

Ces exercices ne doivent pas être perçus comme un encouragement à jouer en force. L’apprentissage et la réalisation d’une gestuelle ergonomique et équilibrée sont primordiaux. Il s’agit ici d’optimiser le fonctionnement d’une mécanique fragile. On recherche une économie musculaire et articulaire en s’appuyant sur une musculature puissante et équilibrée qui améliore le rendement. Ces exercices de renforcement doivent être pratiqués à distance des épisodes de jeu.

Cette démarche ergonomique de prévention s’appuie également sur des étirements musculo-tendineux à effectuer avant et après l’entraînement musical, pour limiter le risque de survenue de TMS en assurant l’éducation du geste. En effet, ressentir l’intensité de la traction sur les tendons et les muscles permet d’éviter leur sollicitation excessive pendant le jeu. Les étirements actifs jouent le rôle d’activateurs des récepteurs kinesthésiques. Comme les contraintes mécaniques dépendent du geste réalisé, les programmes d’étirements devront être adaptés à la morphologie du musicien et au type d’instrument pratiqué.

 

Imprimer

La boutique

Revues

Santé du chanteur N°84
Revue Médecine des arts N°84 Spécial voix et vent
14,00 € Accéder à la boutique

Consultation pluridisciplinaire pour le musicien

Consultation gratuite pour le musicien


La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°82
Revue Médecine des arts N°82 : Le pouce du musicien
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°80
Revue Médecine des arts N°80
14,00 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Le corps du musicien
Le corps du musicien
29,50 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Prévention des pathologies des musiciens
Prévention des pathologies des musiciens
29,50 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer