Ornette Coleman

 

 

 

 

 

 

 

Le saxophoniste et compositeur de jazz Ornette Coleman est mort d'une crise cardiaque à New York le 11 juin 2015 à l'âge de 85 Ans.
Né au Texas le 9 mars 1930, Ornette Coleman, apprend à jouer du saxophone alto à 14 ans, puis le ténor et commence à jouer dans des orchestres de Rhythm and blues dans le Sud des Etats-Unis avant de s'installer à Los Angeles. Il va assurer le quotidien en faisant plusieurs métiers tout en étudiant la musique. Il devient liftier dans un hôtel.

Il est « découvert » par le bassiste Red Mitchell et il va enregistrer ses premiers disques.

Il a commencé par jouer dans des orchestres de rythme and blues dans le sud des États-Unis. Puis il s'est installé à Los Angeles pour travailler comme « groom » et étudier la musique. C'est le bassiste Red Mitchell qui l'avait découvert. Il a enregistré de nombreux albums célèbres comme Free Jazz: A Collective Improvisation. En 1962, il enregistre le premier disque d'improvisation dans le jazz d'avant-garde (Album Free Jazz : A collective Improvisation). A cette période, il va composer une musique qui deviendra un standard du jazz, Ornette Coleman  raconte ainsi l'idée de cette création musicale «  Avant d'être connu en tant que musicien, quand je travaillais dans un grand magasin, un jour, pendant ma pause déjeuner, je suis arrivé dans une galerie où quelqu'un avait peint une femme blanche très riche qui avait absolument tout ce qu'on peut désirer dans la vie, et avait l'expression la plus solitaire du monde. Je n'avais jamais été confronté à une telle solitude, et quand je suis rentré chez moi, j'ai écrit un morceau que l'ai appelé Lonely woman ». Inrock 20 mai 1997

D'abord musicien, il jouera également de la trompette et du violon.
En 1972, il développe le concept d'Harmolodie, où les musiciens jouent simultanément la même mélodie à différentes hauteurs et dans différentes tonalités.
Compositeur, il va également composé pour le cinéma.
Musicien singulier dans le monde du jazz, « Le jazz disait-il devrait exprimer davantage de sentiments que ce qu'il a fait jusqu'à présent ».
« il comparait les accords à un carcan dont il fallait se défaire. "L'idée, c'est que deux ou trois personnes peuvent avoir une discussion avec les sons sans essayer de les dominer. Les musiciens essaient de rassembler un puzzle émotionnel et intellectuel dans lequel les instruments donnent le ton » Pure People 11 juin 2015


Médecine des Arts®    
715 chemin du quart 82000 F-Montauban
Tél. 05 63 20 08 09 Fax. 05 63 91 28 11
E-mail : mda@medecine-des-arts.com
site web : www.medecine-des-arts.com

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer