Lupus érythémateux et pratique artistique

Qu'est-ce que le lupus érythémateux ?

 

 

 

 

 

 

Les artistes peuvent être confrontés au cours de leur vie à des maladies générales susceptibles de gêner leur carrière, parfois de la compromettre. Les conséquences d’une maladie sur la pratique vont dépendre de nombreux paramètres, le type de maladie et les organes touchés, la sévérité mais aussi bien évidemment le type de pratique artistique.
Le lupus est une maladie dont les manifestations sont polymorphes, car de nombreux organes peuvent être atteints avec des degrés de sévérité variables qui fondent le pronostic de la maladie et aussi son impact sur la vie de l’artiste ainsi qu’indirectement sur sa pratique. Mais une des spécificités de cette pathologie, les aspects cutanés, sans être les plus graves et sans conditionner le pronostic, peut être particulièrement pénalisante dans les métiers notamment où l’aspect physique extérieur est important.

Qu’est-ce le lupus érythémateux ?

Le lupus érythémateux disséminé (LED) est une maladie auto-immune autrefois désignée sous le terme de collagénose ou maladie du collagène qui sous la forme d’inflammation chronique affecte la peau, les articulations, les reins, les poumons, le système nerveux, etc. Maladie systémique, le lupus a de ce fait une expression clinique polymorphe selon les organes atteints.
Il s’agit d’une maladie qui évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémission. La sévérité est variable et son pronostic est surtout conditionné par l’existence d’une atteinte rénale.
Le terme de lupus, de maladie lupique, est relatif à l’expression clinique la plus classiquement retrouvée qui est un érythème en aile de papillon au niveau du visage, qui ressemble à un masque de loup.
La diversité symptomatique rend souvent le diagnostic du lupus difficile. Aucun paramètre isolé biologique ou clinique ne permet le diagnostic.
La cause est encore inconnue, mais quel qu’en soit le déclenchement, le problème de base demeure une altération du fonctionnement du système immunitaire. [Clémence Herbin Problèmes méthodologiques dans le développement clinique d’un immuno-modulateur dans le Lupus. A propos d’une nouvelle molécule d’Atacicept dans la néphropathie lupique. Thèse pharmacie, 2010.]

La jeune chanteuse Selena Gomez invitée sur le plateau d’une émission américaine a évoqué la maladie qui l’affectait afin de stopper les rumeurs qui disait « qu’elle était accro à l’alcool » et qu’elle suivait une cure de désintoxication. Il n’en est rien, Selena Gomez révélé alors : « Je voulais tellement dire aux gens qu’ils n’avaient aucune idée de ce que je traversais : "Je suis en chimiothérapie. Vous êtes idiots. C'est ça qu'il s'est véritablement passé durant ma pause."
Mais je me suis tue, jusqu’à ce que je me sente à nouveau sûre de moi et à l’aise ».
La chanteuse a évoqué son combat contre la maladie. « C’est arrivé il y a trois ans. Ça été compliqué à comprendre et je voulais garder ça pour moi. C’est une maladie chronique auto-immune qui dure toute la vie. Il faut faire attention à soi ! Mais je vais bien, maintenant ça va »
Les manifestations dans certaines formes sont traitées par un immunosuppresseur, le méthotrexate. Ce traitement a été d’abord prescrit dans le cadre de la chimiothérapie du cancer.
Selena Gomez va faire une nouvelle tournée mondiale en 2012, le Revival World Tour.

Imprimer

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°81
Revue Médecine des arts N°81
14,00 € Accéder à la boutique

Quiz

Quelle est votre anxiété générale ? Test 1, genre masculin

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Cursus Médecine des arts-musique

Inscription 2017-2018