Laura Antonelli

 

 

 

 

 

 

Actrice italienne, Laura Antonelli, de son véritable nom Laura Atonaz est née le 28 novembre 1941 à Pola (Pula) en Istrie en Italie. Cette région va être annexée à la Yougoslavie à l’avènement de Tito. Pendant plusieurs années, la famille est baladée dans différents camps de réfugiés avant de pouvoir en 1948 enfin s’installer en Italie, à Naples.

Elle fait des études supérieures qui la mèneront au diplôme de l'Institut supérieur d'éducation physique et devbiendra pour une courte durée professeur d'éducation physique.

Elle débute une carrière artistique dans une série télévisée populaire « Carosello » avant de mener jouer pour le cinéma. So premier rôle important elle l'obtient pour jouer le rôle principal du film « Vénus en fourrure » de Massino Dallamano inspiré du roman Leopold von Sacher-Masoch. La censure de l'époque fait que le film sortira 6 ans plus tard sous le nom de Venere Nuda.
En 1965 elle épouse le producteur Placentini. Ma femme est un violon (Il merlo maschio) avec Lando Buzzanca réalisé par Pasquale Festa Campanile, lui apporte la notoriété. L'affiche du film, qui présente ses hanches parfaites vues de dos, avec les ouïes d'un violoncelle en surimpression, est directement inspirée d'une photo de Man Ray. Elle va jouer dans de nombreux films.  Sans mobile apparent de Philippe Labro, Les Mariés de l'an II de Jean-Paul Rappeneau ou Docteur Popaul de Claude Chabrol. Lors de ces tournages, elle rencontre Jean-Paul Belmondo et devient sa compagne.
Elle va tourner avec les plus grands réalisateurs de Dino Risi (Sexe fou, 1973 et Les Derniers Monstres, 1982) à Ettore Scola (Passion d'amour, 1981) en passant par Luigi Comencini (Mon Dieu, comment suis-je tombée si bas ?, (1974) et Mauro Bolognini (Black Journal, 1977). Elle tient le rôle de Giuliana dans L'Innocent de Luchino Visconti avec Giancarlo Giannini pour partenaire.

Mais à la fin des années 80 sa carrière semble se limiter à quelques rôles secondaires et des mini-séries pour la télévision.

En avril 1991, elle est condamnée pour trafic de drogue, puis relaxée par la Cour de Rome qui ne retient que la détention pour sa consommation personnelle.
A la fin de années 90, elle suit des soins d'un chirurgien esthétique qui pratique des injections de collagène sur le visage pour limiter les rides, mais elle fait une importante allergie qui lui laisse des séquelles irréversibles. Une procédure est lancée contre le chirurgien, mais les charges contre le chirurgien sont levées par le tribunal ainsi que sur le producteur et le réalisateur poursuivis eux aussi pour l'avoir forcés à suivre ce traitement (pour le film Malicia 2000). Le chirurgien a argué que le problème n'était pas lié à l'injection des substances utilisées mais à une réaction allergique appelée œdème de Quincke.
Suite à ces démêlés judiciaires, Laura Antonelli est hospitalisée pour des problèmes psychiques.
Les ennuis judiciaires, l’alcool, la drogue et la dépression précipitent Laura Antonelli dans de profondes difficultés sociales et psychologiques. Elle est placée sous tutelle.
En 2013, le chanteur Simone Cristicchi lui avait dédié Laura, où il pleurait «ses courbes si douces, données en pâture aux gens» et une femme «ingénue, pauvre, fragile, sensible, qui attend la sentence crucifiée sur le journal.» (Le figaro 23 juin 2015)

Elle va vivre retirée à une quarantaine de kilomètres de Rome. Elle a été retrouvée morte dans son appartement de Ladispoli le 22 juin 2015 Piacentini à l'âge de 73 ans.


Médecine des Arts®    
715 chemin du quart 82000 Montauban (France)
Tél. 33 (0)563200809 Fax. 33 (0)563912811
E-mail : mda@medecine-des-arts.com
www.medecine-des-arts.com

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer