Jean Salter, écrivain

 

 

 

 

 

 

Jean Salter écrivain américain, de son véritable nom James. Horowitz est né le 10 juin 1925 dans le New Jersey. En 1942 il entre à l'académie militaire de West Point, son père était également ancien élève de cette école militaire. Formé au pilotage, au court d'un vol d'entraînement en mai 1945, à court de carburant il s'écrase avec son T-6 Texan sur une maison à Great Barrington (Massachusetts).
Probablement à cause de cet incident, Il est orienté jusqu'en février 1946, vers une formation sur B-25. Il est nommé, pour sa première affectation au 6e Troop Carrier Squadron, qui est cantonné à Nielson Field, puis aux Philippines, à Okinawa et au Japon. Il est promu premier lieutenant en janvier 1947.
À partir d'août 1948, il poursuit ses études supérieures à l'université de Georgtown dont il sort diplômé en janvier 1950 (master degree). Il est affecté au quartier général du Tactical air command (Langley AFB) en mars 1950. En février 1952, après s'être porté volontaire pour une affectation en Corée et avoir suivi un entrainement au pilotage du F-86 Sabre, il rejoint la 335e escadrille de chasse et d'interception, une unité réputée de chasseurs de Mig. Du 12 février au 6 août, il participe à plus de cent missions. Une victoire contre un Mig-15, le 4 juillet, est officiellement portée à son crédit.
En 1957, avait abandonné la carrière militaire pour la vie littéraire
Il utilisera son expérience en Corée dans son premier roman, The Hunters,1956 (Pour la gloire, en version française), qui sera porté à l'écran en 1958 dans un film dont la vedette sera Robert Mitchum.
Grand nom de la littérature américaine, il n'avait publié que six romans en soixante ans.

« Ses quatre-vingt-dix années, Salter les portait avec une singulière élégance. Il y a quelques mois, alors qu’il était passé à Paris pour la sortie de son dernier roman, Et rien d’autre (L’Olivier, 2014), on avait pu constater qu’il était, au fil du temps, demeuré aussi vif et spirituel que son œuvre. Un auteur allant bien avec ses livres. Un dur à cuire mélancolique. Visant l’essentiel dans ses textes comme dans la conversation. Sans complaisance et crépitant de vie. De fait, Salter voyait l’existence comme un combustible. C’est pourquoi il avait intitulé ses mémoires Burning the Days (Une vie à brûler, L’Olivier, 1999, prix PEN-Center 1998). » (Le Monde 22 06 2015)
Salter a travaillé pour le cinéma.
James Salter a été élu à l'Académie américaine des arts et des lettres en 2000. Il est mort à Sag Harbor, New York, à l'âge de 90 ans lors d'une séance de gymnastique le 19 juin 2015.


Médecine des Arts®    
715 chemin du quart 82000 Montauban (France)
Tél. 33 (0)563200809 Fax. 33 (0)563912811
E-mail : mda@medecine-des-arts.com
www.medecine-des-arts.com

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer