Emmanuel Krivine. Destinées de chefs d'orchestre, comment on devient chef d'orchestre après un accident

Emmanuel Krivine nommé directeur musical de l'Orchestre National de France

Emmanuel Krivine

Emmanuel Krivine a été nommé à la tête de l'Orchestre National de France (ONF). Il débutera ses fonctions de directeur musical à partir du 1er septembre 2017, pour une période de trois ans renouvelable, mais assure d'ores et déjà la fonction de directeur musical.
Daniel Gatti qui dirigeait l'orchestre depuis 2008 a donné son dernier concert le 9 juin 2016. Daniel Gatti a été nommé à la tête du Royal Concertgebouw Orchestra d'Amsterdam en remplacement de Mariss Jansons.
D’origine russe par son père et polonaise par sa mère, Emmanuel Krivine, né en 1947 à Grenoble, est le premier chef français à diriger l'Orchestre National de France depuis Jean Martinon il y a plus de 40 ans.

Agé de 69 ans, Emmanuel Krivine hésitait à prendre cette responsabilité mais la passion, le désir partagés avec les musiciens lui a permis de prendre cette décision. « Moi qui ne voulais plus de poste ! Lorsque les musiciens m'ont fait savoir qu'ils aimeraient que ce soit moi, j'étais frileux et leur ai dit : « Surtout prévoyez un plan B ! » Mais c'est un tel honneur qu'on vous fasse ainsi confiance. Surtout quand celle-ci vient des musiciens. Il y a des endroits où le chef leur est imposé. Alors quand ce sont les membres de l'orchestre qui vont voir leur tutelle en disant : « On veut ce gars-là », vous savez que vous allez pouvoir faire de la musique », confiait-il a un journaliste tout récemment [Le Figaro 13/06/2016]

Violoniste virtuose, Emmanuel Krivine a appris le violon à l'âge de 6 ans et obtient un prix du Conservatoire national à 16 ans. Son tempérament n'a pas toujours fait l'unanimité auprès des musiciens d'orchestre, mais le temps, son évolution professionnelle et personnelle (quinze ans de psychanalyse) lui ont fait acquérir une réputation hors du commun pour un chef français.

Musicien remarquable d'abord, chef d'orchestre prestigieux ensuite

La destinée de certains chefs est remarquable, Kurt Masur, Seiji Ozawa, Leon Fleisher, Emmanuel Krivine, instrumentistes virtuoses, deviennent chefs d'orchestre après de graves traumatismes ou affections de la main.

Le chef d'orchestre Kurt Masur se destinait à une carrière de pianiste ou d'organiste, mais « une maladie génétique déclarée à l’adolescence, lui occasionnant des contractures aux tendons des doigts, suivie de deux opérations à 22 et 24 ans, l’ont poussé à changer de voie et devenir chef d’orchestre. La nuit, l’apprenti maestro aux doigts recourbés joue du jazz dans des boîtes. Le goût pour cette musique, découverte via Duke Ellington et Stan Kenton à la radio à la fin de la guerre, ne le quittera pas. » Kurt Masur est devenu un des chefs d'orchestre les plus reconnu de son époque. [Libération 20 décembre 2015]

Le chef d'orchestre Seiji Ozawa se destinait également à une carrière de pianiste, mais il subit à 16 ans un accident de rugby dans lequel il se brise les deux index. Seiji Ozawa va continuer la musique et travailler la composition d'orchestre et il va sa vie durant diriger les plus grands orchestres internationaux.

Leon Fleisher avait devant lui une carrière de pianiste virtuose toute tracée, mais, atteint d'une dystonie focale dans les années 1964-65 alors qu'il est âgé de 36 ans, il « pense à tout abandonner. Le piano et la vie ». Mais Leon Fleisher est avant tout musicien et il se consacre alors à l'enseignement et à la direction d'orchestre. Au fil des ans, il s'est construit une solide réputation de pédagogue et de chef d'orchestre.

Le chef d'orchestre Emmanuel Krivine se destinait à une vie de violoniste vituose, mais en 1981 il est victime d'un grave accident de voiture (il s'endort au volant de sa voiture). «  Son bras gauche, presque paralysé, lui interdit le violon à jamais. Il s'accommode de son sort, au point d'y voir une bonne fortune. Lui qui ne s'est jamais satisfait des sons tirés de son archet commande désormais à un bouquet de timbres. Il aime ce tout, cette globalité. L'alliage magique des notes pacifiées, assemblées, entrelacées. Enfant, Krivine voulait être organiste, faire chanter les tuyaux au fond d'une vieille église pour, seul, ériger sa musique comme on bâtit une cathédrale. Pierre par pierre, mesure après mesure.
Au pupitre, il saisit sa baguette comme on tient un oiseau, un papillon. C'est elle qui s'anime et s'envole. Guide la main qui obéit, la chair qui s'abandonne aux spasmes mélodiques. Après chaque concert, la douleur se rappelle à son bras. Il vit en déséquilibre, en décalage avec ses membres : « Il faut tout le temps compenser. Ça déglingue le reste. » Avec, toujours, l'angoisse de perdre l'autre bras. Son corps l'encombre.
Krivine porte la musique comme « une excroissance énorme, ou plutôt une incroissance », une chose qui l'habite tout entier. Et quand vient l'heure d'en accoucher, il a peur. Le trac l'épuise, de plus en plus. Parce qu'il a l'impression que le but s'éloigne, que l'absolu n'existe pas. « Et puis, on est fatigué, on récupère moins facilement. D'un autre côté, on a moins besoin de sommeil. C'est très bien organisé, la vie. Vraiment...» [L'express 23 octobre 1997]

Le temps est effectivement passé, pour le meilleur, Emmanuel Krivine fait partie des chefs respectés dans le monde, il a occupé des fonctions prestigieuses. Il s'est également beaucoup investi dans la pédagogie et dirige régulièrement des orchestres de jeunes musiciens.

Emmanuel Krivine a dirigé les meilleurs orchestres du monde : le Berlin Philharmonic, le Royal Concertgebouw, le London Symphony, le London Philharmonia, le Gewandhaus Orchester de Leipzig, le Tonhalle-Orchester de Zürich.
En Amérique du Nord, il a dirigé les Cleveland Orchestra, Philadelphia Orchestra, Boston Symphony Orchestra, National Symphony Orchestra et Los Angeles Philharmonic Orchestra.
En Asie, NHK Symphony et Yomiuri Nippon Symphony Orchestra.
De 2006 à 2014 Krivine est devenu le directeur musical de l'Orchestre Philharmonique du Luxembourg, et le principal chef invité de l'Orchestre de chambre écossais. Il dirige également l'Orchestre symphonique de Chicago pour la saison 2016-2017.

 

Imprimer

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts N°80
Revue Médecine des arts N°80
14,00 € Accéder à la boutique

Consultation pluridisciplinaire pour le musicien

Consultation gratuite pour le musicien


La boutique

Livres

Le corps du musicien
Le corps du musicien
29,50 € Accéder à la boutique

La boutique

Livres

Prévention des pathologies des musiciens
Prévention des pathologies des musiciens
29,50 € Accéder à la boutique

Association

Faire un don
Adhérer