Clark Terry

Clark Terry

Trompettiste américain et joueur de Bugle né à Saint Louis dans le Missouri le 14 décembre 1920. Il joue dans un orchestre de la marine à Chicago (1942-1945). Démobilisé, il est engagé par Lionel Hampton, puis effectue des stages chez Geo Hudson, Charlie Barnet, Eddie Vinson, Charlie Ventura, avant de rester, de 1948 à 1951, en compagnie de Count Basie. Il quitte Basie pour Duke Ellington, avec qui il collabore jusqu’en 1959. A partir de cette date, ses activités se multiplient. Musicien de studio, il participe à de nombreuses séances d’enregistrement ; musicien de scène, il joue dans l’orchestre de l’Apollo de Harlem, dans celui de la National broadcasting Corporation, tout en tenant un rôle important, en 1960, dans l’orchestre de Qincey Jones, puis dans le Concert Jazz Band de Gerry Mulligan. Il dirige aussi un quintette avec Bob Brookmeyer, part en tournée avec le trio Oscar Peterson (1965), fait partie du J.A.T.P. en Europe fin 1946.
Le style de Clark Terry est un compromis entre la manière expressive et chaleureuse de trompettistes tels que Rex Stewart et Cootie Williams et celle, volubile et complexe, de Riy Eldridge et Dizzy Gillespie. En fait, Clark Terry possède une personnalité vigoureuse, qu’il est capable d’affirmer aussi bien avec Thelonious Monk que Duke Ellington. Puissant et véloce, il possède une sonorité massive et ronde qu’il améliore encore en utilisant souvent le bugle. C’est un des meilleurs trompettistes des années 60, toujours en verve, inspiré et grand swingman.

"Quand Clark Terry se lançait dans sa prodigieuse invention non-verbale, les mumbles, ni scat, ni murmure, mais sorte de grommellements irrésistibles d’une langue qui ferait rire en soi, c’est tout l’enchantement du blues qui fondait en pluie d’été. Le pire, c’est qu’on comprenait tout. Tout ce qu’il disait. Lettristes, rappeurs, slameurs, à côté, resteront de bien piètres bredouilleurs."(Le Monde du 22/02/2015)

Clark Terry s'est consacré également à l'enseignement dans ces dernières années.

Clark Terry est décédé le 21 février 2015 à l'âge de 94 ans. Il était hospitalisé depuis plusieurs mois, supportant de moins en moins les conséquences de son diabète. Le 14 décembre dernier, Wynton Marsalis avait emmené le Jazz at Lincoln Center Orchestra au grand complet jouer dans son établissement hospitalier pour l’aider à souffler les bougies de son 94ème anniversaire.

Enregistrements :
Swahili (1955), Harlem Air Shaft (avec Ellington, 1955), In orbit (avec Monk, 1958), Let my people be (avec Mulligan, 1961), Mumbles (avec Peterson, vocal scat, 1965), Linel with a groove (avec Ray Brown, 1965).
Clark Terry avait publié son autobiographie "Clark" en 2011


 

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Médecine des arts-musique

Diplôme Médecine des arts-musique