Amphithéâtre

Chez les Romains l’amphithéâtre était une construction immense, dans laquelle avaient lieu, sous les yeux du peuple, les combats de gladiateurs. L’amphithéâtre était elliptique, quelquefois circulaire, et c’est dans la partie du milieu, désignée sous le nom d’arène, que se livraient les combats. C’est, dit-on, aux Étrusques, peuple superstitieux et sombre, qu’on doit attribuer l’origine des amphithéâtres ; c’est à eux que les Romains empruntèrent la forme des leurs, et c’est d’Étrurie que ceux-ci firent venir des ouvriers pour les construire et des gladiateurs pour s’y exercer. Les Grecs, tout d’abord, ne connurent point ce genre d’édifice, non plus que le spectacle auquel il était destiné ; ce n’est que lorsqu’ils eurent soumis à la domination romaine qu’ils en élevèrent un certain nombre.
On tient pour certains que les premiers amphithéâtres furent ou creusés dans le sol, ou construits en bois ; mais de nombreux accidents étant résultés de ces concentrations de bois, Statilius Taurus, qui vivait sous Auguste, vers 725 de la fondation de Rome, eut l’idée de faire ériger dans le Champ de Mars un amphithéâtre entièrement dont les murs extérieurs fussent de pierre, ce qui ne l’empêcha pas d’être incendié sous Néron. Quant au premier amphithéâtre entièrement construit en pierre, comme ils les furent tous par la suite, c’est l’admirable monument connu sous le nom de Colisée, qui, commencé à Rome sous Vespasien, fut achevé sous son fils Titus.
A partir de ce moment, tous les amphithéâtres furent construits d’après les mêmes principes et reproduisent les mêmes dispositions. L’extérieur, formé d’une gigantesque muraille ovale, était divisé en un ou plusieurs étages d’arcades, suivant les proportions de l’édifice, et décoré, selon le goût de l’architecte, de pilastres, de colonnes ou d’autres ornements. Quant à l’intérieur, il formait comme une sorte de cavité elliptique qu’entouraient les sièges destinés aux spectateurs et dont chaque rangée s’élevait en gradins l’une au-dessus de l’autre. Les divisions principales étaient les suivantes : au fond, sur le sol, l’arena, espace plat et ovale qui occupait le centre de l’édifice et qui servait aux combattants ; tout autour de l’arena et l’enveloppant immédiatement, le podium, première série de gradins réservés aux sénateurs et aux personnages importants ; puis, les gradus, cercles de sièges destinés au public et qui, lorsque le monument avait de vastes proportions, étaient divisés en deux ou plusieurs étages séparés par de larges paliers et des murs élevés verticalement ; enfin, au-dessus, et couronnant l’édifice, une galerie couverte pour les femmes.
Le Colisée, dont le nom n’est qu’une corruption du latin colossoeum, dû sans aucun doute aux immenses proportions de l’édifice, ne coûta pas moins, pour sa construction, de 50 millions de notre monnaie. On employa, pour cette construction, les bras de 12,000 Juifs conduits à Rome après la conquête de Jérusalem, et les fêtes de son inauguration ne durèrent pas moins de cent jours, pendant lesquels furent tuées 5,000 bêtes féroces. Après le Colisée, il faut citer, parmi les plus beaux amphithéâtres, ceux de Nîmes, de Pompéi, de Vérone, de Capone, de Pola, d’Arles, etc. Certains de ces édifices pouvaient contenir vingt, trente, cinquante, et jusqu’à quatre-vingt mille spectateurs.
Aujourd’hui, nous donnons, par analogie, le nom d’amphithéâtre à cette partie d’une salle de spectacle qui s’élève au fond, en face de la scène, au-dessus du parterre, et qui contient plusieurs rangs de pièges élevés les uns au-dessus des autres est très heureuse, empreinte tout à la fois d’élégance et de majesté, et on peut l’apprécier à notre Opéra, où elle offre le plus bel effet. Quelquefois l’amphithéâtre se trouve porté au plus haut de la salle, comme dans celle du Châtelet, où il produit aussi une belle impression.
Dictionnaire pittoresque et historique du théâtre d ‘Arthur Pougin, 1885.


Rédacteur Docteur A. Arcier président fondateur de Médecine des arts®
Médecine des arts® est une marque déposée.Copyright médecine des arts©

Médecine des Arts®    
715 chemin du quart 82000 Montauban (France)
Tél. 33 (0)563200809 Fax. 33 (0)563912811
E-mail : mda@medecine-des-arts.com
www.medecine-des-arts.com

Imprimer

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Médecine des arts-musique

Cursus Médecine des arts-musique