Grippe H1N1, 10 recommandations pour les artistes, musiciens, danseurs, chanteurs

Conseils pour les artistes qui partent à l’étranger

Le fait d’interprêter un magicien dans la série Harry Potter n’a aucun effet préventif sur la grippe A H1N1. Rubert Grint alors qu’il tournait le dernier Harry Potter, « Harry Potter et les reliques de la mort", l’acteur de 20 ans a contracté la grippe A (H1N1).

Les artistes, même les stars ne sortent pas de l’ordinaire face au virus de la grippe, ils partagent ce risque comme le commun des mortels. Mais l’acteur va mieux, beaucoup mieux.
« J’étais assez effrayé quand j’ai appris que j’avais la grippe porcine. J’ai pensé : Est-ce que je vais mourir ? Mais c’est vraiment comme n’importe quelle autre grippe », confie-t-il à un magazine. Quelques jours de repos dans son lit ont permis une récupération totale et la reprise rapide du tournage.

1. La grippe A (H1N1), qu'est-ce que c'est ? 
La grippe A (H1N1) dite « porcine » est une infection humaine qui est issue d’une souche du virus de la grippe qui affecte habituellement les porcs, mais qui peut donc également s’attaquer aux humains. Il s’agit d’une infection qui s’est développée chez le porc mais désormais se transmet d’homme à homme. Il s’agit d’une virus nouveau chez l’homme et différent de la grippe saisonnière que l’on rencontre classiquement chaque année en période hivernale.
La grippe A (H1N1) est une maladie respiratoire qui entraîne des symptômes semblables à ceux de la grippe humaine saisonnière.

2. Un plan d’action spécifique
Le gouvernement a établi un Plan national de prévention et de lutte de la « Pandémie grippale ». Ce plan détaille les dispositions d’organisation à prendre et conseille fortement les entreprises à mettre en place un « plan de crise » afin de prévoir les conditions des activités en fonction de l’évolution de cette épidémie. Les activités seront en mode dégradé durant cette période et dans le cas de pandémie, le plan prévoit des mesures éventuelles pour freiner la progression (mais il est vraisemblable que cela dépendra de nombreux facteurs dont la gravité de la grippe A, ainsi que l’accès et l’efficacité du vaccin) :

  •   la restriction des échanges internationaux et de la circulation sur le territoire ;
  •   l’interruption de certains moyens de transport collectif ;
  •   la mise en place d’un service minimal pour assurer les besoins indispensables de la population ;
  •   la restriction des activités professionnelles, sociales, éducatives et associatives.

De nombreuses activités culturelles et artistiques pourraient être particulièrement touchées par cette pandémie. Il ne semble pas qu’il y ait une réflexion spécifique dans ce secteur qui représente un secteur économique conséquent et qui est particulièrement exposé à ce risque. L’intermittence qui est courante dans l’art vivant ne favorise pas un plan de prévention ciblé sur cette population, qui n’est prise en charge que ponctuellement par un employeur ; une réflexion plus globale devrait être faite sur ce plan.

3. La transmission de la grippe A (H1/N1)
L’épidémie se propage d’homme à homme.

  •   La transmission se fait principalement par voie aérienne, par le biais de la toux, de l’éternuement ou des postillons.
  •   La grippe A H1N1 se propage aussi de manière manu-portée (transmission par les mains et les objets contaminés).

Il s’agit, contrairement à la grippe aviaire qui a défrayé la chronique l’an dernier mais dont la transmission interhumaine est faible, d’une transmission interhumaine rapide, ce qui explique que l’on soit passé rapidement des phases 3 à 4, puis à 5 voire à 6.
La période d’incubation peut aller jusqu’à 7 jours.

4. Les conseils pour les artistes qui partent à l’étranger
Il est conseillé de consulter son médecin avant de partir afin d’avoir des conseils et des données récentes sur l’évolution de l’épidémie, la disponibilité vaccinale (probablement le dernier trimestre 2009).
Il est préférable également de consulter les sites de référence qui tiennent un « journal quotidien « sur ce sujet et sur lesquels on peut trouver des préconisations récentes de prévention. Certains régions ou pays peuvent être déconseillés comme cela a été le cas pour le Mexique au début de cette épidémie.
Il n’y a pas de traitement préventif contre la nouvelle grippe A/H1N1. Cependant, des mesures d’hygiène (dites « gestes barrières ») sont recommandées afin de limiter les risques de contamination :
De manière générale la prévention immédiate repose sur quelques principes simples :

  •   se laver fréquemment et régulièrement les mains à l’eau chaude et au savon ; cette mesure élimine les germes sur votre peau et limite la propagation de la maladie. En l’absence d’eau, utiliser un désinfectant pour les mains ou une solution hydroalcoolique. Dans ce dernier cas, il faut que les mains restent humides environ 15 secondes, tout en frottant toute la surface des mains et des doigts jusqu’à ce qu’ils soient secs ;
  •   éviter de se toucher le nez, la bouche et les yeux, et se couvrir la bouche et le nez en cas d’éternuement ou d’écoulements nasaux et jeter les mouchoirs jetables dans un sac également jetable ;
  •   éviter le contact avec les personnes à risque dans les sites à risque et éviter les lieux publics (bains de foule par exemple, signature d’autographes) en période de pandémie ;
  •   porter un masque de type chirurgical pour un usage courant dans des zones à risques possibles (transport par exemple) et éventuellement des masques FFP2 pour des contacts plus rapprochés avec des personnes à risques (personnes infectées) ;
  •   prendre contact avec un médecin si on présentez les symptômes suivants : fièvre supérieure à 38°C ou courbatures, ou grande fatigue, avec de la toux ou des difficultés à respirer ;
  •   pour toute aide contacter son ambassade ou son consulat (préparer ces contacts éventuellement à l’avance selon les pays) ;
  •   se conformer aux recommandations émises par les autorités sanitaires locales et les avis de l’ambassade ;
  •   vérifier son contrat d’assurance afin que l’ensemble des problématiques soient prises aisément en charge. Étudier si possible, si l’on a un contrat de travail, l’intégration d’une clause assurantielle dans ce contrat vis-à-vis du risque infectieux ;

5. Conseils pour le retour d’une zone d’endémie
il est préférable, si l’on revient d’une zone endémique et si l’on s’est trouvé dans une zone plus précisément à risque, de s’accorder une période de quelques jours en évitant les contacts sociaux et d’utiliser un masque chirurgical durant quelques jours lors de contacts sociaux.
Si dans les 7 jours qui suivent le retour d’une zone d’endémie vous avez une fièvre supérieure à 38 °C, des courbatures ou une grande fatigue, le message ministériel actuel est de téléphoner aux services d’urgence (le 15).
Les conseils concernant la protection des personnes autour de soi sont les mêmes que les conseils généraux donnés précédemment.

Imprimer

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°81
Revue Médecine des arts N°81
14,00 € Accéder à la boutique

Quiz

Quelle est votre anxiété générale ? Test 1, genre masculin

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Cursus Médecine des arts-musique

Inscription 2017-2018