Accidents dus à la chaleur estivale et pratique artistique, 10 conseils de prévention

Evaluer les risques lors de la pratique artistique

Les conditions d’activité des pratiques artistiques sont très variables. Ces activités peuvent se réaliser dans un environnement particulièrement chaud, sur notre continent ou lors de tournées à l’étranger. Afin d’éviter et de prévenir les accidents liés à la chaleur quelques conseils de base s’imposent. Ces conseils sont d’autant plus importants que l’activité artistique est intense et se fait dans des conditions défavorables (vêtements spécifiques et trop hermétiques), âge, pathologie.
Certaines pratiques artistiques menées dans des conditions climatiques défavorables sur le plan de la chaleur, de l’humidité peuvent être à l’origine de troubles de la santé sérieux chez les artistes.

Il y a quelques années Cecilia Bartoli devait donner un concert dans l’ancien hangar de chantier naval d’Antibes. "La belle architecture de pierre et de bois assure une acoustique moelleuse, que perturbent seulement… le survol des avions voisins, et une climatisation inexistante. Deux soirs plus tôt, incommodée par cette chaleur, Montserrat Caballé était tombée dans les pommes et dans les bras d’Eve Ruggieri. Généreusement décolletée, Cécilia Bartoli résiste crânement, mais les musiciens de l’Orchestre philharmonique de Monte-Carlo, littéralement liquéfiés sous les projecteurs, suent sang et eau. On ne tiendra pas rigueur, sous la battue lourdaude de Lawrence Foster, d’écarts de justesse ou de ton". [1]
Une vigilance particulière s’impose lorsque la température ambiante à l’ombre dépasse dans la journée 30°C et que la température nocturne reste au-dessus de 25°C plusieurs nuits consécutives, plus encore lorsque le niveau d’humidité est élevé
Cette succession de hautes températures nocturnes ne permet pas au corps une bonne récupération surtout si le niveau d’humidité reste élevé (>70%)

1. Évaluation du risque
L’évaluation est la première phase de la prévention. La prise en compte des risques par les organisateurs/employeurs de spectacle, les managers/employeurs est une obligation légale à laquelle tous les employeurs doivent se soumettre. L’analyse de ce risque par l’artiste lui-même est la condition de l’application et de l’intégration des données préventives à la pratique artistique.
Le risque vis-à-vis de l’exposition à la chaleur climatique lors d’un exercice lié à une pratique artistique est la relation des conditions climatiques, des conditions de l’activité et de l’organisation par rapport aux capacités de l’artiste à un moment donné à faire face à la situation à risque.

  • conditions climatiques : La charge radiante est la principale source de chaleur, il faut donc se protéger du soleil, de toute surface radiante (surface bétonnée, goudronnée). L’humidité ambiante élevée majore fortement le risque. Il est à noter que le ruissellement de la sueur est un facteur péjoratif car il est dénué d’efficacité thermolytique.
  • conditions de la pratique artistique : il existe une grande variété de pratiques. De manière évidente, du fait de l’intensité de l’activité, des conditions d’exercice, le risque peut être notablement majoré : pratiques artistiques sous chapiteau mal ventilé, manifestation artistique à l’extérieur en milieu réverbérant.
  • Un bon niveau de condition physique et un entraînement régulier vont à l’inverse améliorer la tolérance à la chaleur.
  • caractéristiques individuelles : tous les facteurs particuliers, de la prise de certains médicaments, à la grossesse, au manque de sommeil etc. sont des paramètres défavorables.

2. Hygiène de vie

  • Le style de vie de l’artiste va influer sur ce risque. Limiter le risque c’est :
  • ne pas boire d’alcool y compris de la bière,
  • éviter les boissons avec de la caféine, coca, etc.
  • manger légèrement à distance de la période de pratique, manger des éléments riches en sels minéraux,
  • limiter la consommation de tabac ou d’autres produits, plus encore dans le cas de pathologies respiratoires,
  • les addictions en général sont des facteurs aggravants
  • respecter le temps de sommeil et privilégier le bien-être, limiter le stress.

3. Gérer les rythmes de l’activité

  • adapter son rythme de travail à sa tolérance à la chaleur ; la santé ne se négocie pas, la pratique oui ;
  • réaménager l’activité, le programme en fonction de l’environnement climatique. Réaliser le programme artistique en décalant de manière exceptionnelle les horaires (le public sera également mieux et plus confortable pour suivre ces manifestations) ;
  • privilégier les répétitions dans les périodes plus fraîches, plutôt le matin lorsque c’est possible et se reposer durant la période la plus chaude ;
  • limiter globalement l’exposition à la chaleur, prendre des pauses fréquentes et régulières dans un endroit frais et à l’ombre. Prévoir des périodes de récupération dans un lieu frais. Ne pas s’exposer ou limiter cette exposition en dehors de l’activité ;
  • éviter les efforts connexes à l’activité : port de matériel, préparatifs de la manifestation par exemple, etc.

4. Acclimatement
L’acclimatement à la chaleur est facilité par l’entraînement régulier et répété à la chaleur qui améliore la tolérance à la chaleur. Ainsi on obtient une meilleure tolérance qui se traduit par :

  • un déclenchement plus précoce de la sudation pour des activités corporelles inférieures ;
  • par un débit sudoral plus élevé ;
  • parallèlement par une concentration saline de la sueur plus faible.
  • Prévoir une période d’acclimatation de 5 à 6 jours , avant de faire une activité artistique soutenue (comme on peut le rencontrer dans certains spectacles festifs, manifestations estivales artistiques de rue par exemple), lorsque la chaleur est subite (lors de tournées par exemple où l’on passe d’un environnement climatique à un environnement très différent.

5. Vigilance accrue vis-à-vis de soi

  •   redoubler de vigilance particulièrement en cas d’antécédents médicaux et/ou de prise de certains médicaments (sédatifs, tranquillisants.). Mais aussi si l’on manque de sommeil, en cas de fatigue, grossesse, obésité, âge ou handicap ,
  •   demander un avis complémentaire sur le plan médical ,
  •   des symptômes de malaise doivent faire stopper l’activité et s’orienter vers un service médical. Prendre les symptômes au sérieux.
Imprimer

La boutique

Revues

Revue Médecine des arts n°81
Revue Médecine des arts N°81
14,00 € Accéder à la boutique

Quiz

Quelle est votre anxiété générale ? Test 1, genre masculin

Accéder à notre quiz Accéder à tous nos quiz

Association

Faire un don
Adhérer

Formation Cursus Médecine des arts-musique

Inscription 2017-2018