Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Santé » 

Musicien » 

Douleurs chez les instrumentistes à cordes (violonistes, altistes etc. )


Douleurs chez les instrumentistes à cordes (violonistes, altistes etc. )

Douleurs du dos (rachis) et des membres supérieurs chez les musiciens d’un orchestre à cordes (violonistes, altistes, violoncellistes)

Les études menées ces dernières années chez les musiciens montrent combien leur pratique instrumentale les situe parmi des opérateurs très spécialisés. Cette hyperspécialisation dans leur fonctionnement les prédispose à avoir des douleurs fréquentes en relation avec des troubles ostéo-articulaires et musculo-tendineux (TMS).

Troubles musculo-squelettiques chez les instrumentistes à cordes (violonistes, altistes, violoncellistes

Afin d’explorer la dimension douleur liée aux pratiques instrumentales, une étude a été engagée au sein d’un orchestre à cordes (violonistes, altistes, violoncellistes) du centre de la France. Ces travaux ont été faits sur la base de questionnaires ainsi que d’un examen clinique des musiciens concernés.

Repérer les gestes et postures du musicien

Que nous révèle cet examen ? :

Il a permis « de repérer les gestes et postures nocifs. Les violonistes et les altistes, pour maintenir leur instrument, forment une pince au moyen de leur épaule gauche et du menton.
Pour cela, leur rachis cervical est en flexion latérale et en rotation permanente forcée, et l’épaule gauche est surélevée, avec une mise en jeu en particulier des muscles de la région cervicale. Le bras droit est en général levé au niveau ou au-dessus du plan horizontal des épaules. Il existe une supination forcée de la main gauche. Nous avons observé aussi au niveau des mains une pince pollici-digitale forcée, que ce soit au niveau de la main droite pour maintenir l’archet, ou que ce soit au niveau de la main gauche pour pincer les cordes.
Enfin, il existe une hypersollicitation, souvent à grande vitesse, des articulations du membre supérieur droit.
Pour les violoncellistes et le contrebassiste, on a pu observer une flexion antérieure du rachis cervical et une position penchée en avant assez fréquente. En ce qui concerne les membres supérieurs, les observations sont voisines des autres instruments à cordes. » [1]

Les plaintes des musiciens

Il faut noter la faiblesse de l’échantillon, qui ne concerne qu’un seul orchestre à cordes, soit 25 musiciens. Ces résultats ne peuvent être considérés comme représentatifs des orchestres à cordes en général. Toutefois les études que nous avons sur ce même type d’organisation musicale et d’instruments montrent des résultats similaires.
- Les plaintes concernant leur activité professionnelle musicale sont peu fréquentes, en dehors de la pénibilité que ces musiciens accordaient aux déplacements professionnels.
- Ils sont 64 % a considérer leur activité comme légère ou modérée sur le plan de la « charge de travail ». 16 % trouvent la pratique musicale et le métier en général pénible.
- Pour 64% d’entre eux, la « charge mentale » leur paraît légère ou modérée.
- Par famille d’instruments :

  • 73 % des violonistes se plaignent de douleurs du rachis cervical et dorsal (du dos). 45 % se plaignent de douleurs des épaules, 45% de douleurs au niveau des poignets. Par ailleurs tous avaient des antécédents douloureux au niveau du rachis et des membres supérieurs.
  • concernant les violoncellistes, 50 % se plaignent de douleurs au niveau du rachis, mais tous ont connu des douleurs sur de nombreux sites anatomiques.
  • On retrouve les mêmes résultats pour les altistes.

Les zones anatomiques douloureuses chez les instrumentistes à corde :

Cette étude confirme les travaux antérieurs sur les pathologies des musiciens. Les principales plaintes et pathologies concernent :
- le rachis cervical ou dorsal ; elles peuvent être en relation avec une position maintenue, statique, mettant en jeu la musculature dans une position dysfonctionnelle ;
- les épaules et les poignets ; ces plaintes peuvent être liées au facteur de préhension forcée, et pour les autres articulations, l’hypersollicitation, la vitesse.

L’épaule maintenue en surélévation et abduction permet l’obtention d’une position du membre supérieur plus adaptée.

Facteurs favorisants :


- Années de pratique : Ces douleurs sont d’autant plus présentes que les musiciens jouent depuis un plus grand nombre d’années et ce plusieurs heures par jour.
- Les contraintes liées aux déplacements fréquents, les tournées sont souvent une fatigue supplémentaire.

Sur ce faible échantillon (orchestre à cordes), on trouve des musiciens avec une motivation importante et les nombreuses contraintes de métier sont relativement bien tolérées. Les auteurs de cette étude n’ont pas retrouvé dans ce cadre précis des problématiques spécifiques sur le plan psychique, notamment ils n’ont pas retrouvé « d’idéologie défensive de métier », telles que les théoriciens de la psychodynamique du travail l’ont définie. Mais cet échantillon n ’est pas représentatif de l’ensemble des orchestres de ce type.

Pour les médecins du travail qui ont analysé cette étude, les marges de manœuvre d’adaptation de poste sont minces ; de même il est difficile selon leur réflexion d’apporter « des conseils concernant l’environnement physique (température, courant d’air, éclairage) du fait que les sites de concerts sont très variés.

Une prévention possible

A Médecine des Arts, nous travaillons intensément sur les problématiques ergonomiques, que cela soit sur le plan du geste, de l’environnement de activité, de la lutherie et des interfaces, ainsi que des aspects organisationnels. Ces dimensions doivent être mieux prises en compte si l’on veut obtenir des améliorations notables du confort des musiciens et diminuer l’impact de la pratique instrumentale sur le plan ostéo-articulaire et musculo-squelettique et ainsi éviter les troubles musculo-squelettiques et les douleurs qui y sont liées.


Rédacteur Docteur Arcier, Médecine des Arts®


En savoir plus :

Des travaux plus récents ont été publiés sur les instruments à corde (violon, alto, violoncelle, contrebasse, viole de gambe etc.) dans la revue Médecine des Arts :
- Utilisations correctes et fautives du pouce chez l’instrumentiste à cordes et chez le pianiste.
- Comment amener à la corde près de la hausse un archet de violon ou d’alto.
- Etude épidémiologique sur les instruments à cordes.
- Approche du violon et premier contact avec l’instrument.
- Pathologie du rachis cervical et du membre supérieur chez les instrumenstistes à cordes frottées.
- La main des instrumentistes à cordes. Le dialogue et l’examen médical.
- influence de la douleur cou-épaule sur l’activité du muscle trapèze supérieur chez des violonistes et altistes professionnels.
- Les fonctions du coussin et de la mentonnière dans la pratique du violon et de l’alto.
- Démystifier le violon et transmettre le bonheur de jouer.
- Le point de vue du rééducateur, la dystonie de fonction de l’instrumentiste à cordes.
- Répercussion du changement de chevalet chez un violoncelliste. Analyse tridimentionnelle du mouvement du membre supérieur droit.
- Entretien avec une violoniste d’orchestre.
- Pathologie musculo-tendineuse et syndromes canalaires du membre supérieur chez les musiciens.
- Anatomie fonctionnelle de la main des musiciens jouant des instruments à cordes et à clavier.
- Mains et violoncelle
- Le jeu de la viole de gambe : Analyse posturale et gestuelle
- La main des violistes vue par les peintres à l’apogée de la basse de viole en France (1680-1750)
- Compression de nerf ulnaire au coude gauche chez les violoncellistes.

- De nombreux articles de la revue Médecine des Arts traitent également de certains aspects de la pratique des instruments à cordes (notamment ceux qui concernent la main et le membre supérieur), ou présentent une revue générale des troubles fonctionnels des musiciens).

photo logo de l’article :
- Clinique du musicien et de la performance musicale, Paris, XIXe.

oeuvre d’art :
- Popov-Massiaguine, femme violoniste, La répétition, 2005. Acrylique sur toile (130-81).


Médecine des Arts®
- 715 chemin du quart 82000 F-Montauban
- Tél. 05 63 20 08 09 Fax. 05 63 91 28 11
- E-mail : mda@medecine-des-arts.com
- site web : www.medecine-des-arts.com

[1] Archives des maladies professionnelles, 1998


Réalisation : Octavo